Emmenopterys henryi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emmenopterys henryi est un arbre appartenant à la famille des Rubiaceae et originaire de la partie tempérée du sud de la Chine où il est désormais une espèce protégée en raison d'importantes opérations de déforestation dans la région.

L'épithète spécifique est dédiée à Augustine Henry, médecin irlandais qui découvrit de nombreuses plantes en Chine avant de les ramener en Occident.[réf. souhaitée]

Description[modifier | modifier le code]

Dans sa région d'origine, Emmenopterys henryi peut atteindre 45 m de hauteur et vivre plus de 1000 ans.[réf. nécessaire]

Son écorce exfoliée est grise puis devient rugueuse et sillonnée.

C'est une plante à feuilles opposées coriaces et caduques. Elles ont un pétiole rouge et peuvent atteindre 22 cm de longueur.

Les fleurs hermaphrodites tubulaires à 5 pétales soudés blanc-crème apparaissent de juin à août presque toutes en hauteur, dans les branches supérieures de l’arbre. Elles sont très parfumées. Les panicules peuvent atteindre 50 cm et compter de 20 à 40 fleurs. Le calice est cilié et le style est filiforme.

Les fruits sont des capsules cylindriques de 3 à 4 cm de longueur mûrissant de juillet à septembre. Elles contiennent de fines graines ailées (en grec, emmeno signifie "garder" ou "persistant" et pteryx signifie "aile"). Ces graines ont un faible taux de germination.

Floraison rare[modifier | modifier le code]

Cet arbre fleurit de façon très aléatoire. La première floraison d'un Emmenopterys henryi en Europe date de 1971 à l'arboretum de la Villa Taranto sur le lac Majeur[2],[3],[4].

En Belgique, un specimen est présent à l’arboretum de Kalmthout (floraisons en 1987, 2006 et 2009)[5].

En France, un Emmenopterys henryi a fleuri en 2012 à Saint-Romain-en-Gal dans le département du Rhône[6], au jardin botanique de Strasbourg et à deux reprises au parc Victor Thuillat de Limoges (Haute-Vienne) en 2012[7] et 2018[8]

Habitat[modifier | modifier le code]

Il y a très peu de ces arbres hors d'Asie du Sud Est. La première introduction en Europe date de 1907 en Angleterre[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. IPNI, consulté le 12 juillet 2020
  2. a et b (en) « Ente Giardini Botanici Villa Taranto » (consulté le 21 août 2009)
  3. a et b (en) « Emmenopterys henryi », Quarryhill Botanical Garden, (consulté le 21 août 2009)
  4. (en) « Rare flowering of Chinese tree in Belgium », AFP, (consulté le 21 août 2009)
  5. « Archives des Emmenopterys - Le Journal Nature », sur Le Journal Nature (consulté le 30 septembre 2020).
  6. FLORAISON DE L'EMMENOPTERYS HENRYI DE MAURICE LAURENT.
  7. Philippe Roch, « Promenades au jardin (1/8) - À Limoges, le parc Victor-Thuillat a changé de visage au fil du temps », Le Populaire du Centre,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2017)
  8. Centre France, « Botanique - Une floraison exceptionnelle à observer au parc Victor-Thuillat à Limoges », sur www.lepopulaire.fr (consulté le 13 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :