Elena Gouro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Elena Gouro
Elena Guro 7.jpg
Elena Gouro
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
PolianyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Elena Genrikhovna Gouro (en russe : Елена Генриховна Гуро), née à Saint-Pétersbourg le et morte à Poliany (oblast de Léningrad) le (à 36 ans)[1], est une peintre et dramaturge futuriste russe, aussi poétesse et écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elena Gouro naît à Saint-Pétersbourg en 1877 de Stepanovich Gouro, officier d'origine française dans l'armée impériale russe. Sa mère Anna Mikhaïlovna Chistyakova est une artiste amateur de talent. Elena Gouro passe son enfance dans le village de Novoseli, près de Pskov, et au domaine de son père, à Louga. Elle a une sœur, Ekaterina, également écrivain[2].

De 1890 à 1893, Elena Gouro étudie l'art à la Société impériale d'encouragement des beaux-arts de Saint-Pétersbourg et, de 1903 à 1905, elle suit l'enseignement de Ian Tsionglinski, dans son atelier privé où elle rencontre son futur mari, Mikhaïl Matiouchine, avec qui elle se marie en 1906.

La femme au foulard
Elena Gouro 1910

En 1905, elle illustre la traduction russe d'un livre de contes de fées de George Sand. En 1906, le couple se déplace à l'école d'Ielizaveta Zvantseva, où elle travaille avec Mstislav Doboujinski, Léon Bakst et Kouzma Petrov-Vodkine. En 1908, elle crée son propre studio et sa maison devient un lieu de rencontre central pour discuter d'art et de littérature.

Elena Gouro publie son premier ouvrage en prose en 1905. En 1910, elle contribue à la première publication des futuristes russes. Son manuscrit d'un livre de contes de fées est perdu en 1911 par son éditeur ainsi que les illustrations qu'elle avait réalisées. Son deuxième livre, Rêve d'automne, est publié en 1912.

Mikhaïl Matiouchine et Elena Gouro (avant 1913)

En 1913, bien qu'elle soit atteinte de leucémie, elle continue d’écrire et de peindre. Elle meurt la même année dans sa maison de campagne à Poliany, dans l'oblast de Léningrad, l'ancienne Uusikirkko, en Finlande. À la veille de sa mort, elle avait quasiment terminé une œuvre majeure, Le Chevalier pauvre. Plusieurs poèmes et deux ouvrages en prose sont publiés à titre posthume la même année suivis, en 1914, de son troisième livre, Les Petits Chameaux du ciel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dictionary of Women Artists, vol. 1, Fitzroy Dearborn Publishers, , 623–624 p. (ISBN 1-884964-21-4, lire en ligne)
  2. (en) Dictionary of Russian Women Writers, Greenwood Press, , 238–241 p. (ISBN 0-313-26265-9, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :