Eduardo Cano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eduardo Cano
Eduardo Cano - Cristóbal Colón en el convento de la Rábida.jpg
Naissance
Décès
1897
Séville, Espagne
Nom de naissance
Eduardo Cano de la Peña
Nationalité
Activité
Formation
Académie royale des beaux-arts de Sainte-Isabelle de Hongrie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement

Eduardo Cano, né Eduardo Cano de la Peña en 1823 à Madrid et mort en 1897 à Séville, est un peintre et illustrateur espagnol, spécialisé en peinture d'histoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eduardo Cano naît à Madrid mais doit très jeune déménager à Séville, où son père, Melchor Cano (es), est nommé architecte principal de la ville[1],[2].

Son père le pousse à étudier l'architecture, mais il se redirige rapidement vers des études artistiques à l'École royale des trois nobles arts de Séville (es), où il étudie le dessin et la musique[1]. Il est rapidement nommé Académicien de nombre et obtient la Chaire de couleur et composition à l'Académie royale des beaux-arts de Santa Isabel de Hungría (es)[1].

À la mort de ses parents, il part à Madrid et reprend ses études sous la direction de José et Federico de Madrazo ainsi que de Carlos Luis de Ribera y Fieve à l'Académie royale des beaux-arts de San Fernando. Federico de Madrazo lui commande une série de plusieurs portraits de monarques espagnols pour la « Série chronologique des rois d'Espagne », à destination du musée du Prado[1].

Il poursuit ses études à Paris, où il réalise deux de ses plus importantes œuvres, Cristóbal Colón en el convento de la Rábida (« Christophe Colomb dans le convent de La Rábida »), une toile du plus pur style romantique qui obtiendra la médaille de première classe à l'Exposition nationale des beaux-arts de 1856 et se trouve au palais du Sénat ; et Entierro del condestable Don Álvaro de Luna (« Enterrement du connétable Don Álvaro de Luna »), également médaille de première classe lors de l'Exposition nationale de 1858 et étant exposée au musée du Prado[1].

De retour dans la ville hispalense, il est nommé conservateur du musée des beaux-arts de Séville en plus d'autres postes officiels et de son activité académique[1].

Il travaille par ailleurs comme illustrateur pour les revues El Arte en España, El Museo Universal et La Bonanza[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Cristóbal Colón en el convento de la Rábida (1856).
Ébauche de l'Entierro del condestable don Álvaro de Luna (1856).

Eduardo Cano est l'un des peintres d'histoire les plus remarquables de sa génération[1]. Mais bien qu'il s'agisse de sa facette la plus connue, son travail comme portraitiste est également remarquable, comme le sont les Retrato de Fernán Caballero, Retrato en el estudio del pintor et Retrato de una joven.

Œuvres conservées au musée du Prado à Madrid[1] 
  • Série chronologique des rois d'Espagne :
  • Entierro del condestable don Álvaro de Luna, huile sur toile, 243×295 cm (1856)[3]
  • Cristóbal Colón en el convento de la Rábida, huile sur toile, 232×260 cm (1856 ; en dep. au palais du Sénat, Madrid)[4]
  • Entierro del condestable don Álvaro de Luna, huile sur toile, 52×68 cm (1858)
  • Cervantes y don Juan de Austria, huile sur toile, 26,7×35,2 cm (1860 ; en dep. à la mairie de Las Palmas de Gran Canaria)
  • Retrato de Juan Martínez Montañés, huile sur toile, 84×68 cm, (1877, en dep. à l'Académie royale d'histoire, Madrid)
  • Retrato de don Rafael Colón y Borrego, huile sur toile, 70×57 cm (en dep. au musée régional de la Garrotxa (es), Olot)
  • Tintoretto pintando a su hija muerta, huile sur toile, 19×24,5 cm
Autres œuvres
  • Los Reyes Católicos recibiendo a los cautivos cristianos, huile sur toile, 300×480 cm (1867 ; musée des beaux-arts de Séville)[5]
  • La entrada de los Reyes Católicos en la Alhama
  • Regreso de la guerra de África
  • Jesús confortado por el ángel en el Huerto

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (es) Dolores Fernández Martínez, « Fiche d'Eduardo Cano », sur museodelprado.es (consulté le 28 août 2014)
  2. (es) José Manuel Suárez Garmendia, Arquitectura y Urbanismo en la Sevilla del siglo XIX, Diputación de Sevilla, (ISBN 84-505-4905-1), p. 48-49.
  3. (es) « Fiche de Entierro del condestable don Álvaro de Luna », sur artehistoria.com (consulté le 28 août 2014)
  4. (es) « Fiche de Cristóbal Colón en el convento de la Rábida », sur artehistoria.com (consulté le 28 août 2014)
  5. (es) « Fiche de Los Reyes Católicos recibiendo a los cautivos cristianos », sur artehistoria.com (consulté le 28 août 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Gerardo Pérez Calero, El pintor Eduardo Cano de la Peña : 1823-1897, Séville, Universidad de Sevilla, (ISBN 84-7405-130-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]