Edmée Jourda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Edmée Jourda
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Edmée Jourda née Kahn (, Paris - , Paris) est une résistante française. Elle est l'épouse du résistant Jacques Jourda et la sœur des résistants Robert Kahn et Pierre Kahn-Farelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Paris, Edmée Kahn rejoint la Résistance en août 1943 à Lyon[1]. Elle est capitaine FFI et travaille dans la clandestinité (pseudonyme : « Hélène ») auprès de Jacques Baumel, secrétaire général des Mouvements unis de la Résistance (MUR).

À la Libération, avec deux amies de la Résistance (dont sa cousine Jeannine Cyrot), et au nom de la Résistance, elle réclame la reddition de l'Hôtel Matignon, occupé par les services du gouvernement de Pierre Laval : reddition immédiatement obtenue.

Après la guerre, Edmée Jourda se consacre notamment à la traduction en français de romans étrangers (Frank Kane, G.G. Fickling, E. et M. A. Radford, Gil Brewer, Richard S. Prather ...)[2].

Elle est reçue chevalier de la Légion d'honneur et officier de la Résistance (médaille de la Résistance avec rosette)[3].

Elle meurt à Paris le 15 décembre 2011, à l'âge de 95 ans, deux semaines avant son époux. — Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, lui rend alors hommage par communiqué[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès de la résistante Edmée Jourda », par l'AFP dans Le Figaro, 16 décembre 2011.
  2. v. g. : Wilbur Smith, (trad. Edmée Jourda), L'aigle dans les cieux, 1974.
  3. Voir : Carnet du Figaro du 16/12/2011 et du Monde daté du 17/12/2011.
  4. « Disparition d'Edmée Jourda », hommage du maire de Paris, 16 décembre 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]