Résine de gaïac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis E241)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La résine de gaiac est une substance végétale utilisée depuis le XVIe siècle à des fins alimentaires et thérapeutiques.

Historique[modifier | modifier le code]

Le gaïac, originaire d'Amérique du Sud, a été importé en Europe par les espagnols en 1508[1]. Rapidement reconnu comme anti-syphilitique, sa résine est également employée comme stimulant et contre le manque d'appétit[2],[3].

Aspect et composition[modifier | modifier le code]

D'aspect brun verdissant à la lumière, elle est soluble dans l'éthanol, l'éther, l'acétone et le chloroforme, mais pas dans l'eau[4]. Elle est composée à environ 70% d'acides alpha- et beta-guaïaconiques[5].

Utilisations[modifier | modifier le code]

La résine de gaïac est employée pour détecter du sang dans les selles[6], elle vire au bleu en présence de composés de type peroxydase.

Elle est utilisée comme additif alimentaire (antioxydant[7]) sous la désignation E241 (gomme de gaïac) comme conservateur et E314 (résine de gaïac) comme antioxydant. Les deux appellations semblent être utilisées indifféremment, néanmoins il est possible que le E241 désigne la résine de gaïac naturelle, et le E314 une résine traitée chimiquement pour donner de la gomme (des résidus chimiques possibles étant listés dans la définition officielle)[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après complements-alimentaires.co
  2. Traité élémentaire de matière médicale, Volume 2, Par J. B. G. Barbier, 1824
  3. Histoire abrégée des drogues simples, Volume 2, Par Nicolas Jean-Baptiste G. Guibourt, 1820
  4. D'après sa fiche de la Hazardous Substances Data Bank
  5. a et b D'après sa fiche sur additifs-alimentaires.net
  6. du sang fécal occulte : quelle utilité en pratique ?, Ph. de Saussure, revue médicale suisse
  7. Doses maximales dans quelques aliments sur le site du codex alimentarius