Dolmen de Balbigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dolmen de Balbigny
Image illustrative de l’article Dolmen de Balbigny
Dessin du début du XIXe siècle.
Présentation
Type dolmen
Visite détruit
Caractéristiques
Dimensions 4,45 m de long sur 2 m de largeur
Matériaux porphyre
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Commune Balbigny

Le Dolmen de Balbigny, appelé également les Grandes-Pierres, était un dolmen situé à Balbigny, dans le département de la Loire, en France. Il a été détruit en 1811.

Localisation[modifier | modifier le code]

Il était situé sur un petit plateau, près du hameau de la Chal, à 600 m au nord du bourg de Balbigny et 150 m de la route de Saint-Etienne à Roanne, sur la parcelle n°397, section A, du plan cadastral communal. Ce dolmen dominait à la fois la Loire et le ruisseau du Bernand.

Description[modifier | modifier le code]

Cet ensemble mégalithique en porphyre rougeâtre mesurait 4,45 m de long sur 2 m de largeur et était constitué de 11 rochers bruts de dimensions variables : 9 pierres formant une enceinte carrée ouverte vers l'est (4 blocs verticaux au sud, 2 à l'ouest et 3 au nord) et 2 dalles immenses formant le toit.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce monument a été pris pour le tombeau de Balbinus (général romain, présumé fondateur de Balbigny), un trophée militaire romain, un ouvrage des Sarrasins ou encore un autel druidique. La chambre aurait contenu une pierre gravée de caractères illisibles et munie de deux anneaux de fer.

Le préfet de Montbrison, François Perret Imbert (1766-1807), commanda un dessin fidèle du dolmen à M. de Rosier.

En 1811, Gaspard de la Noërie, ancien maire de Néronde et propriétaire du terrain où se trouvait le dolmen, fit exploser le monument avec 150 francs de poudre. Les débris lui permirent de construire une digue de protection pour ses terres cultivées le long de la Loire. Lors d'une crue, le fleuve emporta la digue et une partie des dites terres.

Par la suite, toujours au XIXe siècle, des ossements ont été déterrés à l'emplacement occupé par ce dolmen.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Auguste Bernard, Description du pays des Ségusiaves pour servir d’introduction à l’histoire du Lyonnais (Rhône et Loire), Paris, Lyon, Dumoulin, Auguste Brun, , 171 p. (lire en ligne), p. 3-4Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis-Pierre Gras, Essai de classification des monuments préhistoriques du Forez, Montbrison, Imprimerie typographique A. Huguet, , 48 p. (lire en ligne), p. 22-24Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Maurice Labouré, Roanne et le roannais, études historiques, Roanne, Impr. du courrier républicain, , 734 p. (lire en ligne), p. 38Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • A. Vachez, « Le Dolmen de Balbigny », Bulletin de La Diana, vol. XI,‎ 1899-1900, p. 321-324 (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018).Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]