Django à Liberchies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Django à Liberchies
Django @ Liberchies
Genre jazz manouche
Lieu Liberchies Drapeau de la Belgique Belgique
Coordonnées 50° 30′ nord, 4° 25′ est
Période mai
Scènes place du village
Date de création 2003
Organisateurs asbl Pays de Geminiacum
Structure-mère Commune de Pont-à-Celles
Direction artistique Bertrand Dehont
Site web http://djangoliberchies.be

Django à Liberchies est un festival de jazz manouche qui a lieu chaque année en mai depuis 2003 à Liberchies en Belgique, village natal de Django Reinhardt en 1910.

Django Reinhardt[modifier | modifier le code]

La famille de Django a l'habitude de s'installer pour l'hiver à Liberchies, au lieu-dit Flache au Corbia (la mare aux corbeaux en dialecte borain)[1], à la limite de trois villages (Liberchies, Buzet et Luttre) aujourd’hui regroupés au sein de la commune de Pont-à-Celles.

Les règlements communaux interdisant aux gens du voyage de résider plus de quelques jours dans un même village[2], il suffisait de déplacer régulièrement les roulottes de quelques mètres pour se trouver dans le village voisin.

Le festival[modifier | modifier le code]

Le premier Festival International Django Reinhardt a lieu sur la place communale de Liberchies les 14 et , avec notamment Michel Lemaire, Nicolas Dor, et le guitariste Ken Sykora (en)[3]. Organisé par le Centre d'éducation populaire et de promotion culturelle (CEPPC) et reconduit tous les ans, le festival programme de grands noms du jazz comme Stéphane Grapelli, Memphis Slim, Steve Houben, Chet Baker, Dexter Gordon, ou les guitaristes René Thomas, Ken Sykora, Joseph Reinhardt, Kutty Weiss[4].

En 2003, pour célébrer le 50e anniversaire de la mort de Django Reinhardt, la commune de Pont-à-Celles, en collaboration avec l'association sans but lucratif (asbl) Pays de Geminiacum et le Centre d'Education Populaire et de Promotion Culture qui a composé l'affiche et rémunéré les artistes[5], organisent le premier festival « Django à Liberchies »[6].

Le festival se déroule chaque année le premier week-end du mois de mai sur la place du village.

Djang'Off[modifier | modifier le code]

Au-delà de la ligne artistique centrée sur le jazz manouche, le festival propose un éventail d'animations dans le village sous le nom de « Djang'Off » : spectacles de rue, fanfares, ateliers d’éveil musical, exposition artistique, visites guidées.

Salle muséale Django Reinhardt[modifier | modifier le code]

Inaugurée en 2010 lors du 100e anniversaire de la naissance de Django Reinhardt, la salle du petit musée local de Liberchies retrace le périple du musicien au-travers de son œuvre et des personnalités qu’il a rencontrées[6].

Enrichie de nombreux dons, dont ceux de l'écrivain Marc Danval et du guitariste manouche Titi Bamberger, la salle recèle une collection de disques 33 tours et 78 tours. Une iconographie détaille chaque étape de la vie du musicien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Dregni, Alain Antonietto, Anne Legrand, David Reinhardt, Django Reinhardt And the Illustrated History of Gypsy Jazz, Fulcrum Publishing, , 208 p. (ISBN 9781933108100, lire en ligne), p. 15
    L'ouvrage précise que le site du campement est situé au Carrefour des Quatre-Bras le long du « Flache ôs Coûrbôs ».
  2. « Accueil des Gens du Voyage en Wallonie », sur http://cohesionsociale.wallonie.be, Direction interdépartementale de la Cohésion sociale,‎ (consulté le 21 novembre 2012)
  3. (fr) « 1st Festival International Django Reinhardt », sur http://www.themanwiththejazzguitar.com, Five Feets Film Ltd (consulté le 27 novembre 2012)
  4. Journal Rafael Faïs,Maria Cavalère Le Père Ubu, 22 mai 2008, page 5 [1]
  5. « Le Pays de Geminiacum : Historique », sur http://www.geminiacum.be,‎ (consulté le 21 novembre 2012)
  6. a et b « Le Pays de Geminiacum : Django Reinhardt », sur http://www.geminiacum.be,‎ (consulté le 21 novembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]