Discussion:Jean-Maurice Lahy

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Section à délister et à sourcer[modifier le code]

Chronologie[modifier le code]

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez pour voir d'autres modèles.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture, les listes pouvant être aussi introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items  (octobre 2015).
  • 17 août 1872 : Naissance à La Réole (Gironde). Fils de Jean Lahy, menuisier-ébéniste, et de Marie Guithon.
  • 1901 : Lahy est, tout en poursuivant ses études à Paris, commis des Postes.
  • 29/01/1901 : Entrée au Grand Orient de France
  • 16/02/1901 : Mariage civil avec Marie-Blanche Trouillet (1880 - 1950).
  • 3/12/1901 : Naissance de son fils Pierre Lahy. Il est alors assistant au Laboratoire de psychologie expérimentale créé par le docteur Édouard Toulouse en 1898 à l'asile de Villejuif.
  • 1902 : Physiologiste, publie ses premiers articles.
  • 1904 : Collabore aux travaux de psychologie expérimentale du Dr Toulouse.
  • 1905 : Recherches sur le terrain des dactylographes; des conducteurs de tramways électriques et des linotypistes.
  • 9/07/1909 Naissance de son fils adultérin Bernard Jean Marc Hollebecque[1],[2]
  • 1910 : avril. Affectation au service de la trésorerie des Postes aux armées en tant que commis de trésorerie de 2e classe.
  • 1911 : Publication de La morale de Jésus. Sa part d'influence dans la morale actuelle.
  • 1913 : Étude des signes physiques de la supériorité professionnelle chez les dactylographes.
  • 1916 : Publication de : Le système Taylor et la physiologie du travail industriel.
  • 1919 à 1924 : Vice-président du conseil de l'ordre du Grand Orient de France.
  • 14/01/1920 Divorce de Marie-Blanche Trouillet.
  • 1920 - Décembre : Adhère au Parti Communiste après le congrès de Tours.
  • 1921 : Secrétaire général permanent de l'Association internationale de psychotechnique.
  • 30 juillet 1921 Second mariage, avec Marie Lahy-Hollebecque (1881-1957).
  • 1922 : Il préside à Milan le IIIe congrès de l'association psychotechnique.
  • 1923 : Quitte le Parti Communiste afin de rester franc-maçon.
  • 1924 : Chef de travaux de l'École Pratique des Hautes Études - Publication de : La profession de dactylographe, études des gestes de la frappe.- Il fonde le laboratoire psychotechnique de la S.T.C.R.P. (Société de transport en commun de la région parisienne).
  • 1926 : choisit l'architecte Djo-Bourgeois pour la construction d'une villa au Lavandou[3].
  • 1927 : Devient directeur du laboratoire de psychologie appliquée de l'École pratique des hautes études. - Il préside à Paris le VIIe Congrès de l'association psychotechnique. - Publication de : La sélection psychophysiologique des travailleurs, conducteurs de tramways et d'autobus.
  • 1929 : Élu conseiller municipal du Lavandou. - Fondation de la Revue de la science du travail. VIe Congrès international de Psychotechnique[4]
  • 1931 : Il fonde le Service psychotechnique des chemins de fer du Nord.
  • 1932 : Publication d'un texte fondateur de la psychologie du travail : Les fondements scientifiques de la psychotechnique.
  • 1933 : Fondation de la revue Travail Humain.
  • 1933 - 1939 : Fonde l'Académie matérialiste.
  • 1935 : Président de la Société de psychologie ; collabore à la rubrique scientifique de l'Humanité.
  • 1936 : Publication de : Recherches expérimentales sur les causes psychologiques des accidents du travail.
  • 1941 (août-septembre): Le gouvernement de Vichy le fait révoquer pour appartenance à la franc-maçonnerie.
  • 22 août 1943 : Décès d'une crise cardiaque à Saint-Léger-le-Guérétois alors qu'il s'apprêtait à fuir la Gestapo[5].
  1. [1].
  2. [2].
  3. Notice no IA00130637, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. [3].
  5. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Turbiaux2007

[1] </references>

Ce sera sans moi[modifier le code]

Pour un article moribond depuis 2015, la contribution subite de trois personnes en 2019 (dont la mienne) me dépasse. Je laisse donc la main.Totorvdr59 (discuter) 24 février 2019 à 13:34 (CET)

Dynamique des groupes... dommage, c'est ainsi que s'anime soudain un article oublié ou méconnu. Une adjonction parfois fautive met à jour, une ébauche en vrac qui pousse à faire un peu de ménage et à citer quelques sources, pour conforter le fond et le forme du sujet. La collaboration selon Wikipédia, on aime, ou on passe au choix. Cldt --KAPour les intimes © 24 février 2019 à 17:23 (CET)
  1. Marcel Turbiaux, « Le mystère de la mort de J.-M. Lahy », Bulletin de psychologie, vol. 489,‎ 2007 (3), p. 267-273 (lire en ligne)