Discussion:Écologie industrielle

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

BASO BERRI[modifier le code]

Le concept de "Basoberri" / "verre réutilisable" désigne un verre plastique en polypropylène, rigide, incassable et consigné. Pour être encore plus "écologique" ce verre doit être loué par un organisateur à un prestataire. Le prestataire les amène avant la Fête. Le prestataire les récupère sales après la fête. Le prestataire les nettoie, les sèche et les remet en caisses. Ainsi, les mêmes verres peuvent être utilisés par de nombreux événements.

Ce concept existe en Allemagne depuis 1985. Il a été introduit sur le territoire français en 2006, par Alternatiba à Hasparren dans le Centre Culturel Eihartzea près de Bayonne. Le premier Festival à l'avoir utilisé s'appelle EHZ au Pays Basque en juin 2006. Le premier Stade de plus de 15 000 personnes à l'avoir mis en pratique lors de ses matchs est Jean Dauger à Bayonne en février 2008. Les Fêtes de Bayonne ont vu débarqué leurs premiers verres durables en août 2006.

Près de 4 000 000 de verres jetables ont déjà été économisés grâce à ce concept.

2 critiques : les kilomètres parcourus et le lavage. Des centres de stockage sont répartis en France (Mont-de-Marsan / Bordeaux / Paris / Strasbourg). Ils limitent les déplacements. Grâce à des tunnels de lavage de haute technologie, le lavage de 4 000 verres consomme l'eau d'1 douche. Pour 10 000 verres, il faut compter l'équivalent d'un bain.

Le concept : l'idée est que toute personne qui désire boire lors d'une fête en plein air doit donner 1 € pour consigner son verre. La consigne permet la prise de conscience que l'objet a de la valeur. Personne ne le jette à terre. Près de 90% des verres reviennent au point de déconsigne.

Ce verre peut être réutilisé jusqu'à 150 fois.

Entre décembre 2005 et juin 2006, le stock est passé de 2 000 verres durables a 30 000. En 2011 il est de 250 000 et couvre près de 300 manifestations. Les premiers soutiens : Syndicat de Communes Bil ta Garbi regroupant 220 communes Communauté d'Agglomération Bayonne Anglet Biarritz SOKOA Coopérative fabriquant des sièges de bureau Le Journal du Pays Basque ont financé le premier stock et EHZ a été le premier festival a le mettre en place.

Symbiose industrielle[modifier le code]

La symbiose industrielle n'est-elle pas un sous-ensemble de l'écologie industrielle ? Quid d'un article à part ? Fschwarzentruber (discuter) 2 janvier 2018 à 19:46 (CET)

Écologie industrielle ?[modifier le code]

Excusez moi mais ce n'est pas un peu antinomique comme concept de mêler Industrie et Écologie ? Ceci est une simple question qui attends une réponse, merci de ne pas supprimer cette question et de ne pas me ban IP, merci d'y répondre sérieusement. Cordialement. — Le message qui précède, non signé, a été déposé par un utilisateur sous l’IP 77.146.9.180 (discuter).

Ecologie industrielle[modifier le code]

L'industrie n'est pas la panacée MAIS ... Dans les Pays sous industrialisés, les citoyens ont de petits salaires et très peu de biens matériels. Souvent les chauffages sont au bois, car il n'y a ni électricité, ni eau courante, ni gaz de ville...

Un monde sans industrie est idéal quand on est assis sur son canapé, au chaud, en train de siroter un bon vin. Un monde sans industrie c'est l'utopie de personnes qui refusent le système mais qui sont capables de faire appel à certains services de cette société pour être soigné, manger à sa faim, récupérer un objet usagé (industriel).

Les pays sans industrie sont d'une dureté sans pareil. Rien ni personne ne vous permet d'améliorer votre quotidien. Aucun projet possible. Les citoyens sont tenus à un lopin de terre, à la crainte d'une mauvaise récolte, à la peur de mourir de faim, à la peur de l'hôpital lui-même où l'on meurt de maladies attrapées sur place.

L'industrie est utile MAIS ... elle pollue ! Alors c'est à nous de la rendre l'industrie écologique, en consommant moins et en acceptant des coûts plus élevés. Garder les industries vitales serait une solution, ralentir le process de changement serait idéal. Nous pourrions baisser la pression sur le vivant en changeant moins souvent de voiture, de smartphone, de meubles, de déco, de vêtements, en mangeant des produits de petites sociétés locales.

Ceci est peut-être aussi une utopie ! — Le message qui précède, non signé, a été déposé par l'IP 2001:861:5280:460:D181:4682:29A7:6961 (discuter), le 29 avril 2020 à 12:12 (CEST)