Dieu personnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression Dieu personnel caractérise un « principe supérieur », objet des cultes et des croyances, quand il est conçu, ou connu, comme possédant certaines caractéristiques d'une personne. Cela aussi bien dans les monothéismes que dans un système polythéiste. Cette particularité est intimement liée à la notion même de Dieu en Occident[1], [2], [3], [4]

Monothéismes[modifier | modifier le code]

Le caractère « personnel » de Dieu est une des particularité du monothéisme. Il se caractérise par la relation filiale entre le fidèle et son Dieu[réf. nécessaire] auquel il s'adresse souvent à l'exclusion de tout autre partenaire[5], [6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Robert, édition numerique 2013, donne par exemple la définition suivante pour « dieu » : Principe d'explication du monde conçu comme un être personnel, selon des modalités particulières aux croyances, aux religions.
  2. Le théisme est "la croyance en un Dieu personnel et vivant : Le théisme pense pouvoir déterminer la nature de Dieu, lui attribue un certain nombre de qualités (bon, puissant, créateur du monde, etc.) […] Le théisme est la religion du commun des hommes. (Ex.: religion Catholique)", Larousse, Hachette etc. les Diverses façons de concevoir Dieu
  3. " Ce ne sont pas les éléments du cosmos, les lois de la matière qui, en définitive, gouvernent le monde et l'homme, mais c'est un Dieu personnel qui gouverne les étoiles, à savoir l'univers; ce ne sont pas les lois de la matière et de l'évolution qui sont l'instance ultime, mais la raison, la volonté, l'amour - une Personne. Et si nous connaissons cette Personne et si elle nous connaît ... " (Benoit XVI)
  4. D'un point de vue critique : « Dans leur lutte pour le bien moral, ceux qui enseignent la religion doivent avoir la stature de renoncer à la doctrine d'un Dieu personnel, c'est-à-dire renoncer à cette source de crainte et d'espoir qui, dans le passé a mis un si vaste pouvoir dans les mains des prêtres [...] ils ne manqueront pas de reconnaître avec joie que la vraie religion a été anoblie et rendue plus profonde grâce à la connaissance scientifique » (Albert Einstein, ideas and opinions p. 49, science and religion) et « Je ne crois pas en un Dieu personnel et n’ai jamais dit le contraire, mais l’ai exprimé clairement » (Albert Einstein, lettre à un athée, le 22 mars 1954 (EA 39-525). (Einstein the human side, p. 43)
  5. Exposition BNF « La révolution monothéiste », présentation de Pierre Bordreuil [1]
  6. A un Dieu des « panthéistes » qu'il défini comme « Un dieu diffus, un dieu aérosol qui est un peu partout mais dont on ne sait pas bien ce qu’il est. » le pape François oppose « ... un Dieu personnel : en la personne du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».