Diego Della Valle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Diego della Valle)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Diego Della Valle
Description de cette image, également commentée ci-après
Diego Della Valle, en 2003.
Naissance (64 ans)
Sant'Elpidio a Mare, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale
Chef d'entreprise
Autres activités
Dirigeant sportif
Philanthrope
Conjoint
Barbara Pistilli

Diego Della Valle, né le à Sant'Elpidio a Mare, est un chef d'entreprise italien, PDG de Tod's, et un dirigeant sportif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entrepreneur[modifier | modifier le code]

Il descend d'une famille de la région pauvre des Marches[1]. Son grand-père ouvre une cordonnerie en 1920 et son père une usine en 1940, qui devient celle de la marque Tod's en 1978. En 198, Diego Dela Valle interrompt ses études de droit à Bologne et succède à son père à la tête de l'entreprise, alors que son frère cadet, Andrea, est vice-président et directeur général du groupe. Au total, la famille détient 57,6 % de Tod's en 2013[2].

Au cours de ses voyages, il s'est inspiré du style « casual chic » de la côte Est des États-Unis pour l'esprit de sa marque, ainsi que d'un voyage au Portugal pour concevoir, en 1978, le Gommino, un mocassin souple à picots (originellement des chaussures pour la conduite automobile), popularisé par les Kennedy, Audrey Hepburn, Giovanni Agnelli ou encore Steve McQueen[2] et porté rapidement par des célébrités en vacances en Sardaigne ou à Saint-Tropez, avant de conquérir petit à petit des parts dans le marché de la chaussure haut de gamme. Il teste lui-même ses chaussures avant leur commercialisation[1].

En 2000, Tod's entre en Bourse et en 2004, une première boutique est ouverte en Chine. En 2001, il rachète la marque de chaussures de luxe Roger Vivier et en 2006, la maison de couture Schiaparelli Paris[2].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Il est également président honoraire de la Fiorentina, club de football italien[réf. nécessaire].

Défenseur du « Made in Italy » (toute sa production est concentrée à Casette d'Ete, dans la région des Marches), il critique régulièrement les grandes dynasties industrielles du nord de l'Italie qui n'ont plus, selon lui, de priorité nationale dans leur stratégie de croissance, tout comme les connivences entre hommes d'affaires et hommes politiques, en particulier pendant le mandat de Premier ministre de Silvio Berlusconi. Lorsque la crise économique de la fin des années 2000 a touché l'Italie, il a offert une prime de 1000 euros à tous ses ouvriers. Il finance également des écoles et des équipements collectifs dans sa région d'origine. La gauche et les syndicats lui reprochent cependant son « paternalisme archaïque »[1]. Il s'est engagé dans plusieurs œuvres philanthropiques, notamment la rénovation du Colisée de Rome (il a donné 25 millions d'euros, sans défalcation fiscale ou publicité sur le chantier) et de la scène de La Scala de Milan. Il projette l'ouverture d'un vaste parc à thème sur la Cinecitta de Rome (la « Hollywood italienne »)[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Barbara Pistilli, une architecte, qui a notamment réalisé le bâtiment de l'usine principale du groupe Tod's à Casette d'Ete. Ils ont ensemble un fils. Diego Della Valle a également un fils né d'un premier mariage[1].

Il possède une villa à Capri, deux yachts (dont un, le Marlin, appartenait à John Kennedy) et un hôtel particulier à Paris, près des Invalides[2].

Annexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Christophe Doré, « Diego Della Valle, un condottiere en mocassins », Le Figaro Magazine, semaine du 14 novembre 2014, pages 54-66.
  2. a b c d et e Richard Heuzé, « Diego Della Valle, mécène patriote », in Le Figaro, encart Culture, samedi 28 / dimanche 29 décembre 2013, page 36.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :