De Goupil à Margot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
De Goupil à Margot
Auteur Louis Pergaud
Genre Recueil de nouvelles
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur Mercure de France
Date de parution 1910
Nombre de pages 258

De Goupil à Margot, sous-titré Histoires de bêtes, est un recueil de nouvelles de Louis Pergaud publié en 1910. Il fut récompensé la même année par le prix Goncourt.

Historique[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage reçoit le prix Goncourt, en s'imposant face à L'Hérésiarque et Cie de Guillaume Apollinaire et La Vagabonde de Colette[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Recueil de huit nouvelles, dont le personnage principal est toujours un animal. Ces nouvelles s'intitulent :

  • La Tragique Aventure de Goupil
  • Le Viol Souterrain
  • L'Horrible Délivrance
  • La Fin de Fuseline
  • La Conspiration du Murger
  • Le Fatal Étonnement de Guerriot
  • L'Évasion de la mort
  • La Captivité de Margot

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Goupil : un renard roux mâle.
  • Mirault : un chien qui apparait dans la première et la dernière nouvelle du recueil. Ce personnage aura sa propre histoire dans le roman Mirault, chien de chasse.
  • Lisée : Le maître de Mirault. Braconnier et tenancier du bistrot du village.
  • Chanteclair : deux coqs portent ce nom dans la première et la dernière nouvelle. Il n'est pas précisé s'il s'agit du même animal (l'un d'eux étant tué par Goupil).
  • Nyctalette : une taupe femelle, héroïne de la nouvelle Le Viol Souterrain.
  • Fuseline : une fouine, héroïne de L'Horrible Délivrance et La Fin de Fuseline.
  • Roussard : un lièvre mâle, héros de La Conspiration du Murger.
  • Guerriot : un écureuil roux.
  • Jacquot : un geai des chênes.
  • Rana : une grenouille verte, héroïne de L’Évasion de la mort.
  • Tiécelin : un corbeau.
  • Margot : une pie, victime comme Goupil de la cruauté de Lisée.
  • Mitis : le chat de Lisée.
  • Picorée : une poule de la ferme de Lisée.

Éditions[modifier | modifier le code]

Repris avec l’autorisation de l’éditeur original en 1960, Club du Livre Progressiste, préface de Pierre Gamarra, notice bibliographique d'Eugène Chatot.

Notes et références[modifier | modifier le code]