Dagari (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Dagara sont une population d'Afrique de l'Ouest établie au nord-est du Ghana et de l'autre côté de la frontière au sud du Burkina Faso. Quelques communautés vivent également en Côte d'Ivoire et au Cameroun.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Représentation d'ancêtre dite en Y inversé (coll. particulière[1])

Selon les sources et le contexte, on observe de multiples variantes : Dagaaba, Dagabaa, Dagaba, Dagara, Dagaras, Dagarte, Dagarti, Dagartis, Dagate, Dagati, Lodagaa, Lodagaas[2].

Langues[modifier | modifier le code]

Ils parlent le dagaare (ou dagara), une langue oti-volta du groupe des langues gur. On distingue le dagaare du Sud qui comptait environ un million de locuteurs en 2003[3], le dagaare du Nord avec 388 000 locuteurs au Burkina Faso en 2001[4] et le dagaare dioula parlé par 21 000 personnes en 1999[5].

Répartition[modifier | modifier le code]

Les Dagara sont établis au nord-est du Ghana, dans la région de Nandom, et de l'autre côté de la frontière au sud du Burkina Faso. Quelques communautés vivent également en Côte d'Ivoire et au nord du Cameroun.

Tradition chamanique[modifier | modifier le code]

La tradition Dagara d'initiation et de soins chamaniques est partiellement décrite par les travaux d'un de ses initiés Malidoma Patrice Some qui a été formé à la fois dans la tradition occidentale (père jésuites, universités de Ouagadougou, de la Sorbonne et Brandeis (USA)) et par la tradition villageoise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Somé, « La statuaire lobi et dagara du Burkina Faso, question d'esthétique », in Michèle Fiéloux, Jacques Lombard, avec Jeanne-Marie Kambou-Ferrand (dir.), Images d'Afrique et sciences sociales : les pays lobi, birifor et dagara : Burkina Faso, Côte-d'Ivoire et Ghana : actes du colloque de Ouagadougou, 10-15 décembre 1990, Karthala, ORSTOM, Paris, 1993, p. 398-411 (ISBN 2-86537-397-5) (lire en ligne)
  2. Source RAMEAU, BnF [1]
  3. (en) Fiche langue[dga]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  4. (en) Fiche langue[dgi]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  5. (en) Fiche langue[dgd]dans la base de données linguistique Ethnologue.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Fiéloux, Jacques Lombard et al. (dir.), Images d'Afrique et sciences sociales : les pays lobi, birifor et dagara : Burkina Faso, Côte-d'Ivoire et Ghana : actes du colloque de Ouagadougou, 10-, Karthala, ORSTOM, Paris, 1993, 567 p. (ISBN 2-86537-397-5)
  • Richard Kuba, Carola Lentz et Katja Werthmann (dir.), Les Dagara et leurs voisins : histoire de peuplement et relations interethniques au sud-ouest du Burkina Faso, Sonderforschungsbereich 268 an der Johann-Wolfgang-Goethe-Universität, Frankfurt am Main, 2001, 188 p. (ISBN 3-9806129-4-5)
  • Marcel Paternot, Lumière sur la Volta : chez les Dagara (préf. de Paul Claudel), Éditions de la Plus Grande France, Lyon, 1946 (plusieurs rééd.), 263 p.
  • Patrice Malidoma-Some. Sagesse africaine, Ariane Publications, 2005.
  • (en) Patrice Malidoma-Some, Ritual, Power, Healing and Community, Penguin Books, 1997.
  • (en) Patrice Malidoma-Some, The Healing Wisdom of Africa Penguin Books, 1999, 336 p.
  • Valère Nacièle Somé, Anthropologie économique des Dagara du Burkina Faso et du Ghana : lignages, terres et production, Université Paris 8, 1996, 731 p. (thèse d'Anthropologie)
  • Jean-Baptiste Métuolé Somda (coll. et trad.), Contes dagara du Burkina Faso : 72 contes dagara, Conseil international de langue française, Paris, 1991, 217 p. (ISBN 2-85319-225-3)
  • Alain Delplanque, Phonologie transformationnelle du dagara, 1986, 260 p.
  • Roger Somé, Art africain et esthétique occidentale : la statuaire lobi et dagara au Burkina Faso, L'Harmattan, Paris, Montréal, 1998, 347 p. (ISBN 2-7384-6313-4)
  • Sumda Nurukyor, La pénétration coloniale en pays Dagara : 1896-1933, Université Paris 7, 1984, 329 p. (thèse de 3e cycle d'Histoire)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Sanmatenga : Goldgräber in Burkina Faso, film documentaire de Holger Kirscht et Katja Wehrtmann, IWF Wissen und Medien gGmbH, Göttingen, 2003, 45 min (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :