Délégué régional à la recherche et à la technologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans chaque région française, ainsi que dans quatre départements d'outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, La Réunion), un délégué régional à la recherche et à la technologie (DRRT) est chargé de mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière de recherche et d'innovation. En Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, un rôle comparable est confié à un chargé de mission pour la recherche et la technologie (CMRT)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La fonction est créée en 1983 au sein des directions régionales de l'industrie et de la recherche instituées par le décret no 83-568 du 27 juin 1983[2]. L'article 5 spécifie que « Le Directeur régional de l'industrie et de la recherche est assisté par un Délégué régional à la recherche et à la technologie »[3]. C'est l'aboutissement d'un processus entamé en 2001 : un arrêté de juillet 1981 spécifie les modalités de désignation et de prise en charge des "chargés de mission pour les problèmes de recherche dans les régions" (statut des DRRT avant nomination). Les premières nominations ont lieu en 1982 (Nord-Pas-de-Calais, Alsace, PACA, notamment), et se poursuivent en 1983[4].

Le décret no 92-626 du 6 juillet 1992[5] fait de ces directions des directions régionales de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (DRIRE) au sein desquelles le DRRT exerce désormais.

Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), les DRIRE ont été réorganisées entre 2009 et 2010. Leurs missions ont été reprises par les Directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) et les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE).

Le décret no 2009-589 du 25 mai 2009[6] place chaque délégué régional à la recherche et à la technologie sous l'autorité du secrétaire général aux affaires régionales.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le délégué régional à la recherche et à la technologie est, dans la plupart des cas, assisté d'un adjoint et d'une assistante de direction. Dans les plus grandes des régions, un ou deux chargé de mission peuvent compléter l'équipe.

Il est nommé par arrêté parmi les fonctionnaires de catégorie A ou les officiers pour un mandat de trois ans, renouvelable une fois. En pratique, ce sont souvent des chercheurs ou des enseignants-chercheurs.

La Conférence des DRRT[modifier | modifier le code]

Les DRRT sont regroupés au sein d’une structure informelle, la « Conférence des DRRT ».

Un bureau de 8 membres, choisis parmi les délégués en exercice à l'occasion d'une élection, assure l’interface entre les DRRT, le bureau des assistantes et le Ministère chargé de la recherche. Le Président, élu par les DRRT, coordonne les activités du bureau et a un rôle de représentation. La Conférence est actuellement présidée par Éric Dufour, DRRT Auvergne.

Rôle et missions[modifier | modifier le code]

Le délégué régional à la recherche et à la technologie est chargé, dans sa région, d'appliquer la politique de gouvernement en matière de recherche, de technologie, d'innovation et de culture scientifique et technique. Il est aussi conseiller du recteur d'académie pour l'innovation et la recherche (ou des recteurs dans le cas des régions couvrant plusieurs académies).

Le délégué régional à la recherche et à la technologie assure donc un lien entre le monde de l'université et de la recherche, le secteur industriel et le grand public. Il participe notamment aux évènements tels que la Fête de la Science.

On peut distinguer trois grands domaines d'intervention de l'État :

  • le domaine stratégique, dans le cadre duquel les DRRT sont chargés de veiller à la cohérence entre les stratégies nationales et leur "transcription" en région ; à ce titre, les DRRT participent à l'élaboration du schéma régional de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (SRESRI), des contrats de plan État-région (auprès du SGAR, pour le volet enseignement supérieur, recherche et innovation), des contrats de site, ils accompagnent toutes les démarches de construction et de suivi du programme Investissements d'avenir et suivent le déploiement des fonds structurels européens (FSE, FEDER) ainsi que les grands programmes européens de financement de la recherche (Horizon 2020). Les DRRT prennent également part à la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) : ils pilotent en région les manifestations organisées chaque année dans le cadre de la Fête de la Science
  • le domaine de l'expertise : les DRRT sont chargés de l'évaluation des projets de recherche, de transfert et de diffusion technologique ; à ce titre, ils sont parties prenantes des dispositifs du crédit d'impôt recherche (CIR), des jeunes entreprises innovantes (JEI), des conventions industrielles de formation par la recherche (CIFRE), destinées au financement de thèses ; ils interviennent également dans les actions régionales d'intelligence économique et en lien avec la Stratégie territoriale de l'enseignement supérieur et de la recherche (STRATER)[7]
  • le domaine des partenariats : les DRRT sont chargés d'animer, sur leur territoire et sur leurs thématiques, l'ensemble des partenariats public-privé, en favorisant le transfert des nouvelles technologies, en stimulant la recherche privée, en facilitant l'ouverture des établissements publics vers le privé

Liste des DRRT, par région (en gras, le DRRT en fonction, en juillet 2015)[modifier | modifier le code]

  • Alsace : Serge Kauffmann, Armand Renucci, Guy-René Perrin, Laurent Buisson, Georges Monsonego
  • Aquitaine : Dominique Rebière, André Touboul
  • Auvergne : Éric Dufour, Marc Richetin, Valérie Mazza, Alain Vergne, Christian Boutin, Christian Pariset, Michel Monnin
  • Basse-Normandie : Guillaume Boitier, Xavier Drouet, Jacques Léglise, Evelyne Nakache, Jean-Clause Jousset, Claude Levêque, Michel Héon
  • Bourgogne : Dominique Grevey, Catherine Treimany, Bernard Decaris, Jean-Louis Vaterkowski, Roger Musart, M. Lavoue
  • Bretagne : Arnaud Devillez, Gérard Maisse, Jean-Marie Haussonne, Louis Bertel, Marthe Melguen, Jean Hameurt
  • Centre : Didier Georgeault, Claude Fleurier
  • Champagne-Ardenne : Jean-Marc Chourot, Gérald Brun, Jacques Léglise
  • Corse : Jean-Laurent Vellutini, Jean-Baptiste Albertini, Jacques de Rocca Serra, Marc Daire, François de Casabianca
  • Franche-Comté : Claude Detrez, James Dat, Gérald Brun, Daniel Courjon, Philippe Carlevan, Claude Chicoix, Raymond Besson
  • Haute-Normandie : Jean-Charles Quirion, Michel Ledoux, Étienne Lebrun, Daniel Puechberty, Jean-Claude Fenyo, Michel Le Stum
  • Île-de-France : Bao Nguyen-Huy, Bernard Etlicher, Lionel Lelièvre, François Bouvier
  • Languedoc-Roussillon : Christian Périgaud, Jacques Moret, Sacha Kallenbach, Christian Le Peuch, Anne-Yvonne Le Dain
  • Limousin : Antonin Nouailles, Bernard Jecko, Michel Lanotte, Jean-Noël Capdevielle, Jacques Montazeau, Pierre Rigaud, Pierre Lefort, Maurice Robert
  • Lorraine : Marc Guérin, Jean-Pierre Thomesse, Bernard Decaris, Dominique Durand, Dominique Billerey, Alain Mailfert, Serge Perrine
  • Midi-Pyrénées : Marie-Élisabeth Borredon, Roland Morancho, Gérard Goma, Marie-France Barthet, Pierrette Berger, Pierre Auriol, François Bouvier
  • Nord-Pas-de-Calais : Stéphane Leleu, Cathy Buquet, Gaëtan Mairesse, Max Dauchet, Francis Wallart
  • Pays de la Loire : Jean-Michel Siwak, Magali Bricaud, Olivier Ménard, Francis Yguel, Jean-Paul Pradère, Jean-Louis Ferrier, Yves Thomas, Annick Barthelaix-Pouplard, Marion Guillou
  • Picardie : Florence Djedaini-Pilard, Marc-André Fliniaux, Ménad Sidahmed, Agnès Delahaye, Michel Fréville, Paul Personne, Michel Figlarz
  • Poitou-Charentes : Alain Texier, Francis Cottet, Dominique Blay, Jean-Bernard Chazan, Jean-Pierre Michel, Christian Brochet
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : Jean-Philippe Nabot, Pierre Michel, Stéphane Raud, Pierre Choukroune, Jean-Paul Caressa, Jacques Pantaloni, Louis Saint-Lebe, Jean-Claude Maire, Jean-Pierre Nigoghossian
  • Rhône-Alpes : Sophie Jullian, Henri Montès
  • Guyane : Didier Fournier
  • Guadeloupe : Bernard Fils-Lycaon
  • Martinique : Philippe Hunel
  • La Réunion et Mayotte : Abel Hiol, Gilles Lajoie, Mohamed Rochdi, Jean-Claude Pierrittesti, Max Carbonel, Claude Yves Jean-Claude Wanquet
  • Polynésie française (CMRT) : Éric Clua
  • Nouvelle-Calédonie (CMRT) : Pierre Labrosse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la présentation du dispositif sur le site du Ministère de l'Éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.
  2. Texte du décret du 27 juin 1983.
  3. Fac-similé du Journal Officiel du 2 juillet 1983, p. 2014.
  4. Voir les indications spécifiques concernant les DRRT dans la description du contenu de la liasse 1 « Administration ( 1 ) Mutations de l'administration centrale entre janvier 1982 et mai 1988. Conséquences sur l'action politique et les structures administratives de l'Etat en régions. », consultable dans la Salle des inventaires virtuelle des Archives nationales.
  5. Texte du décret du 6 juillet 1992.
  6. Décret du 25 mai 2009.
  7. Voir à ce sujet la démarche STRATER sur le site du MENESR.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]