Cotton Mather

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cotton Mather
Cotton Mather.jpg
Cotton Mather, 1688, par John van der Spriett
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Copp's Hill Burying Ground (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Père
Mère
Maria Cotton (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Elizabeth Mather (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Elizabeth Mather (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Samuel Mather (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut
Propriétaire d'esclaves (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Calvinisme, Congregationalism in the United States (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
signature de Cotton Mather
Signature

Cotton Mather (, Boston, Massachusetts, États-Unis - , Boston, Massachusetts, États-Unis) était un pasteur puritain, auteur prolifique et pamphlétaire, fils du révérend Increase Mather.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cotton Mather se distingua très vite par sa précocité et obtint sa licence (B.A.) de l'université d'Harvard à l'âge de 15 ans, en 1678. Après sa maîtrise (M.A.), il rejoignit son père à la North Church de Boston comme pasteur assistant. Il ne devint pasteur en titre qu'à la mort de son père en 1723.

Auteur de plus de 450 livres et pamphlets, ses travaux littéraires omniprésents firent de lui l'un des chefs religieux les plus influents aux États-Unis. Il participa ainsi à l'élaboration d'une forme de discours moral traditionaliste et appela les deuxième et troisième générations de puritains à un retour aux sources théologiques du puritanisme.

Cotton Mather appuya son père lorsque celui-ci mettait en garde les juges des procès des sorcières de Salem contre la recevabilité des témoignages de spectres (témoignages de victimes de sorcellerie affirmant avoir été attaquées par un fantôme prenant la forme de quelqu'un qu'elles connaissaient). Il eut également un rôle éminent dans la promotion de la variolisation, méthode abandonnée après la découverte du vaccin contre la variole[1], bravant la désapprobation de la communauté puritaine et allant jusqu'à inoculer son propre fils, qui faillit en mourir. C'est de son esclave Onésime (ou Onesimus) qu'il apprit la pratique de l'inoculation[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claudine Marenco, « Majeur et vacciné: idéologie et prévention », Sciences sociales et santé, vol. 2, nos 3-4,‎ , p. 135-165 (lire en ligne).
  2. (en) George Lyman Kittredge, Lost Works of Cotton Mather, p. 422, cité dans Clifford D. Conner, Une Histoire populaire des sciences (OCLC 717652988), p. 117.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Ralph Boas et Louise Boas, Cotton Mather, keeper of the Puritan conscience ;with illustrations from old prints and engravings, Harper and Brothers, , 306 p. (lire en ligne) (Consulté le 11/11/2019).
  • (en) Cotton Mather (1663-1728), Diary of Cotton Mather, 1681-1724, Massachusetts Historical Society, , 650 p. (lire en ligne) (Consulté le 11/11/2019).