Cosmos sulphureus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cosmos sulfureux, Cosmos de Klondike

Cosmos sulphureus
Description de cette image, également commentée ci-après
Prairie fleurie de cosmos,
au premier plan : Cosmos sulphureus
Classification
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Cosmos

Espèce

Cosmos sulphureus
Cav., 1791

Le Cosmos sulfureux ou Cosmos de Klondike, Cosmos sulphureus, est une espèce de plantes annuelles à port érigé et ramifié, de la famille des Asteraceae, originaire du Mexique et largement diffusée en Afrique et en Asie. Elle est localement considérée comme invasive aux États-Unis[1] et au Brésil[2].

Description[modifier | modifier le code]

Feuillage caduc composé de fines feuilles (10 à 30 centimètres), opposées à cinq lobes pennés jusqu'à la nervure centrale. L'inflorescence (capitule) est de couleur orange lumineux le plus souvent (jaune à rouge chez les cultivars). Le fruit est un akène : une quarantaine par capitule.

Il s'agit d'une plante à haut pouvoir nectarifère, attirant notamment les papillons. Les feuilles sont particulièrement appréciées des limaces.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Alimentation et thérapeutique[modifier | modifier le code]

Les jeunes pousses sont consommées crues ou cuites en Indonésie sous le nom de lalab ou gudang[3].

En Thaïlande, elles sont consommées dans les salades[3] ou en tisane avec pour effet d'inhiber la lipase pancréatique [4].

Une publication ukrainienne (2017) attribue à un pain comprenant 10% d'extrait sec de Cosmos sulphureus une bonne note pour ses qualités organoleptiques [5].

Selon une étude pakistanaise de 2017, chez le rat soumis à une forte dose de paracétamol l'extrait de la plante a un effet hépatoprotecteur[6].

Divers[modifier | modifier le code]

Les fleurs sont tinctoriales[7], elles produisent un colorant jaune oranger, utilisé en Amérique précolombienne [8] et plus tard en Afrique australe pour teindre la laine [9].

Une équipe germano-autrichienne a créé des pommiers transgéniques résistants au feu bactérien et à la tavelure par transgenèse d'un régulateur d'expression d'une chalcone [10] de la fleur de Cosmos sulphureus[11].

Au Brésil ses effets allélopathiques ont été étudiés dans le contrôle des mauvaises herbes[2].

Plante ornementale[modifier | modifier le code]

Le cosmos sulfureux est très couramment cultivé au jardin d'ornement.

Cultivars[modifier | modifier le code]

Les fleurs des Cultivars sont jaunes, orangées ou rouges :

  • 'Bright Lights' a des fleurs simples et semi-doubles dans les couleurs de jaune, orangé et rouge. Le plant est compact à 60 cm.
  • 'Diablo' atteint 75 cm avec des fleurs de 5 cm rouge orangé intense.
  • la série Lady Bird comprend des cultivars nains à 40 cm. Leur floraison est très hâtive. Les fleurs ont des couleurs éclatantes dans les teintes de jaune, orange et écarlate.
  • 'Polidor' atteint 75 cm et porte des fleurs semi-doubles dans les teintes de jaune or, orangé et rouge.
  • 'Sunny Red' et 'Sunny Gold' ont des fleurs simples sur des plants trapus à 35 cm.
  • 'Sunset' atteint 90 cm. Il porte des fleurs doubles ou semi-double dans les teintes de rouge vermeil ou orange écarlate.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « sulphur cosmos: Cosmos sulphureus (Asterales: Asteraceae): Invasive Plant Atlas of the United States », sur www.invasiveplantatlas.org (consulté le 22 avril 2018).
  2. a et b (pt) Bruna Pires da Silva, Potencial alelopático de Cosmos sulphureus Cav. (thèse de doctorat), Universidade Estadual Paulista Júlio de Mesquita Filho, (lire en ligne).
  3. a et b (en) T. K. Lim, Edible Medicinal And Non-Medicinal Plants : Volume 7, Flowers, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-94-007-7395-0, lire en ligne).
  4. (en) « Potential health enhancing properties of edible flowers from Thailand », Food Research International, vol. 46, no 2,‎ , p. 563–571 (ISSN 0963-9969, DOI 10.1016/j.foodres.2011.06.016, lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  5. (en) Nina Osokina, Kateryna Kostetska, Helena Gerasymchuk et Valeriia Voziian, « DEVELOPMENT OF RECIPES AND ESTIMATION OF RAW MATERIAL FOR PRODUCTION OF WHEAT BREAD », EUREKA: Life Sciences, vol. 0, no 4,‎ , p. 26–34 (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  6. (en) Mohammad Saleem et al., « Chemical characterisation and hepatoprotective potential of Cosmos sulphureus Cav. and Cosmos bipinnatus Cav. », Journal Natural Product Research / Formerly Natural Product Letters,‎ (lire en ligne).
  7. Edia Rahayuningsih, Dyah A. Wikansari et Hendrik Setiawan, « Natural Colorants from Cosmos Sulphureus Cav. and Tagetes Erecta L.: Extraction And Characterization », ASEAN Journal of Chemical Engineering, vol. 2, no 0,‎ , p. 44–58 (ISSN 1655-4418, lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  8. (en) D. Buti, D. Domenici, C. Grazia et J. Ostapkowicz, « Further Insight into Mesoamerican Paint Technology: Unveiling the Colour Palette of the Pre-Columbian Codex Fejérváry-Mayer by Means of Non-invasive Analysis », Archaeometry,‎ (ISSN 1475-4754, DOI 10.1111/arcm.12341, lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  9. Prota, PROTA, , 237 p. (ISBN 978-90-5782-163-9, lire en ligne).
  10. (en) Karin Schlangen, Silvija Miosic, Jana Thill et Heidi Halbwirth, « Cloning, functional expression, and characterization of a chalcone 3-hydroxylase from Cosmos sulphureus », Journal of Experimental Botany, vol. 61, no 12,‎ , p. 3451–3459 (ISSN 0022-0957, DOI 10.1093/jxb/erq169, lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  11. (en) Olly Sanny Hutabarat, Henryk Flachowsky, Ionela Regos et Silvija Miosic, « Transgenic apple plants overexpressing the chalcone 3-hydroxylase gene of Cosmos sulphureus show increased levels of 3-hydroxyphloridzin and reduced susceptibility to apple scab and fire blight », Planta, vol. 243, no 5,‎ , p. 1213–1224 (ISSN 0032-0935 et 1432-2048, DOI 10.1007/s00425-016-2475-9, lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).