Corruption en Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Russie souffre d'une très large corruption. En 2021, le pays est classé 139e sur 180 pays selon l'indice de perception de la corruption de Transparency International à égalité avec le Mali, le Libéria et l'Angola[1]. D'après plusieurs experts, le marché de la corruption dans le pays a dépassé les 240 milliards de dollars américains en 2006[2].

D'après un sondage mené en 2010, 15 % des Russes ont admis avoir payé un pot de vin au cours des 12 derniers mois[3].

D'après l'ancien conseiller de Boris Eltsine, Georgy Satarov, le montant global des pots de vin dans l'économie russe durant la dernière décennie a monté en flèche, passant de 33 milliards à plus de 400 milliards de dollars par an dans le gouvernement de Vladimir Poutine[4].

L'ancien président Dmitri Medvedev, qui lutte contre la corruption, a lancé en 2009 une campagne anti-corruption dans le pays[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Indices de perception de la corruption », sur Transparency International France (consulté le )
  2. (ru) Александр Буксман, « Ни дать, ни взять Генпрокуратура начала новое наступление на коррумпированных чиновников », sur Rg.ru,‎ (consulté le )
  3. (ru) « http://www.levada.ru/press/2010051201.html », sur levada.ru (consulté le )
  4. (en) Vladislav L. Inozemtsev, « Neo-Feudalism Explained », sur The American Interest (consulté le )
  5. (en) Nikolaus von Twickel ()., « Medvedev Redefines Anti-Corruption Drive », the moscow times,‎ (lire en ligne)