Conquérant (1747)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Conquérant.
Conquérant
Image illustrative de l'article Conquérant (1747)
Profil de vaisseau de 74 canons du même type que le Conquérant vu par Nicolas Ozanne

Autres noms HMS Conquerant
Type Vaisseau de ligne
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Quille posée [1]
Lancement
Armé
Statut 1798 : capturé par la Royal Navy
1802 : démoli
Équipage
Équipage 740 hommes environ[2]
Caractéristiques techniques
Longueur 55,1 m
Maître-bau 14,1 m
Tirant d'eau 6,8 m
Déplacement 1 500 t
Propulsion Voile
Caractéristiques militaires
Armement 74 canons

Le Conquérant est un vaisseau de ligne de 74 canons de la marine royale. Il est lancé le à Brest (en Bretagne), et mis en service le . Sa carrière dans la marine française est exceptionnellement longue : il traverse trois guerres et de nombreux combats sur plus de 50 ans (de 1747 à 1798). Après sa capture à d'Aboukir, il reste encore en service dans la marine anglaise jusqu'en 1802.

Description[modifier | modifier le code]

Le Conquérant est mis en chantier à la fin de la guerre de Succession d'Autriche. C'est le troisième navire de ce type lancé par la marine française. C'est un vaisseau de force de 74 canons lancé selon les normes définies dans les années 1740 par les constructeurs français pour obtenir un bon rapport coût/manœuvrabilité/armement afin de pouvoir tenir tête à la marine anglaise qui dispose de beaucoup plus de vaisseaux depuis la fin des guerres de Louis XIV[3].

Comme pour tous les vaisseaux de l’époque, sa coque est en chêne. Son gréement, (mâts et vergues) est en pin[4]. Il y a aussi de l’orme, du tilleul, du peuplier et du noyer pour les affûts des canons, les sculptures des gaillards et les menuiseries intérieures[4]. Les cordages (80 tonnes) et les voiles (à peu près 2 500 m2) sont en chanvre[4]. Un deuxième jeu de voiles de secours est prévu en soute.

Le bâtiment porte l'armement habituel des « 74 canons », soit[1] :

Cette artillerie en fonte de fer pèse 215 tonnes[4]. Lorsqu'elle tire, elle peut délivrer une bordée pesant 838 livres (soit à peu près 420 kg) et le double si le navire fait feu simultanément sur les deux bords[5]. Le vaisseau embarque près de 6 000 boulets pesants au total 67 tonnes[6]. Ils sont stockés dans des puits à boulets autour des mâts. S’y ajoute des boulets ramés, chaînés et beaucoup de mitraille (8 tonnes)[4]. Il y a 20 tonnes de poudre noire, stockée sous forme de gargousses ou en vrac dans les profondeurs du vaisseau[7]. En moyenne, chaque canon dispose de 50 à 60 boulets[8].

La carrière du vaisseau[modifier | modifier le code]

Le Conquérant fait partie des navires capturés par les Anglais à la bataille d'Aboukir en 1798.

Pendant la Guerre de Sept Ans (1755-1763), il n'est pas engagé dans les grandes batailles de Lagos et des Cardinaux et évite donc la capture ou la destruction.

Il stationne à Brest lorsque la France s'engage dans la guerre d'Indépendance américaine en 1778. Il participe, dans l'arrière-garde, à la bataille d'Ouessant. En 1780, il fait partie de l'escorte qui transporte le corps expéditionnaire de Rochambeau en Amérique et hiverne à Rhode Island. En mars 1781, il est engagé dans la bataille du cap Henry lors de la tentative française de débarquer des renforts dans le sud des États-Unis et il y est sérieusement endommagé. En septembre 1781, il rejoint l'escadre du comte de Grasse peu après la bataille de la Chesapeake et participe au blocus des forces anglaises retranchées dans Yorktown. Après la victoire française, il est intégré à l'escadre du comte de Grasse. Il prend part en janvier 1782 à la bataille de Saint-Christophe pour s'emparer de l'île du même nom. Le 12 avril de cette même année, sous les ordres de La Grandière, le Conquérant participe à la bataille des Saintes, dans l'avant-garde de la ligne française.

Lorsque débute la Révolution française, le Conquérant stationné à Toulon avec l'escadre du Levant. Au début de 1793, la guerre avec l’Angleterre reprend. Le 29 août, Toulon, en pleine agitation contre-révolutionnaire, ouvre ses portes à la flotte anglaise qui y débarque une armée. L’escadre est neutralisée. Mais la contre-offensive des armées républicaines force les Anglais à évacuer. Le Conquérant a la chance d'échapper à l'incendie du 18-19 décembre qui détruit huit vaisseaux. Toujours en service lors de campagne d'Égypte, il participe à l'escorte de l'armée qui débarque dans delta du Nil sous le commandement du capitaine Dalbarade. À la bataille d'Aboukir le [9], il est en seconde position sur la ligne de bataille. Il est capturé par l'escadre de Nelson au début du combat : très lourdement touché par les bordées du HMS Audacious et du HMS Goliath, il est rasé comme un ponton et doit baisser pavillon. Il est alors intégré à la Royal Navy sous le nom d'HMS Conquerant jusqu'en 1802[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b threedecks.org : French Third Rate ship of the line Le Conquérant (1746).
  2. Le ratio habituel, sur tous les types de vaisseau de guerre au XVIIIe siècle est d'en moyenne 10 hommes par canon, quelle que soit la fonction de chacun à bord. L'état-major est en sus. Cet effectif réglementaire peut cependant varier considérablement en cas d'épidémie, de perte au combat, de manque de matelots à l'embarquement ou de désertion lors des escales. Acerra et Zysberg 1997, p. 220.
  3. Meyer et Acerra 1994, p. 90-91.
  4. a, b, c, d et e Acerra et Zysberg 1997, p. 107 à 119.
  5. Selon les normes du temps, le navire, en combattant en ligne de file, ne tire que sur un seul bord. Il ne tire sur les deux bords que s'il est encerclé ou s'il cherche à traverser le dispositif ennemi, ce qui est rare. Base de calcul : 1 livre = 0,489 kg.
  6. Dans le détail : 2 240 projectiles de 36 livres-poids, 2 400 de 18 livres et 1 280 de 8 livres. Acerra et Zysberg 1997, p. 216.
  7. En moyenne : un quart de la poudre est mise en gargousse à l’avance pour les besoins de la batterie basse, celle des plus gros canons au calibre de 36 livres, et un tiers pour les pièces du second pont et des gaillards. Acerra et Zysberg 1997, p. 216
  8. Acerra et Zysberg 1997, p. 48
  9. La Campagne d'Égypte, sur Napoleon.org
  10. Ronald Deschênes, sur agh.qc.ca.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]