Connie Culp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Connie Culp
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
ClevelandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

Connie Culp, née Connie Wagoner le 26 mars 1963 et morte le à Cleveland[1], est la première Américaine à avoir bénéficié d'une greffe de visage.

Faits[modifier | modifier le code]

Connie et Tom étaient propriétaires d'un bar à Hopedale dans le Vermont, le couple a deux enfants, Steven et Alicia[2]. Après des tensions dans le couple, en 2004, dans l'appartement au-dessus du restaurant, Tom finit par lui tirer une balle dans le visage avant de tenter de se suicider[3],[4], en conséquence de quoi, Connie avait perdu son nez, son palais et un œil, alors que le front, le menton, une partie des paupières et la lèvre inférieure sont intacts. Pour cette agression, Tom Culp fut reconnu coupable de tentative de meurtre aggravé et condamné à sept ans de prison, il fut libéré en 2011. Connie Culp lui aurait par la suite pardonné ce geste, selon les médias américains. Connie ne divorça que lorsqu’elle appris que la libération de son mari était imminente.

L'opération[modifier | modifier le code]

Elle a été opérée à la Clinique de Cleveland dans l'Ohio. Elle a dû subir au total 30 opérations pendant lesquelles les médecins ont utilisé des parties de ses côtes pour reconstituer des pommettes, et des bouts d'os de ses jambes pour recomposer sa mâchoire. La plus grande opération, la transplantation du visage a eu lieu le 10 décembre 2008 et a nécessité 22 heures. Les médecins ont utilisé des os, des muscles, de la peau et des vaisseaux sanguins provenant d'une autre femme[5]. C’est seulement deux mois après avoir été inscrite sur une liste d'attente pour une greffe, que Connie a su qu’elle allait retrouver un visage. Ce temps d’attente incroyablement court car les conditions nécessaires à la réussite de la greffe étaient nombreuses : la personne donneuse devait être du même groupe sanguin, du même sexe et surtout, qu’elle soit inscrite sur la liste des donneurs d’organes (assez rares aux Etats-Unis). En outre, il fallait que cette personne décède à proximité de l’endroit où vivait Connie parce que la durée de conservation des tissus humains est très courte. Son nez fut reconstruit, et elle put à nouveau parler, sentir et goûter.

Elle a appris le braille, et travaille comme avocate chargée de la cause des victimes d'un défigurement.

Décès[modifier | modifier le code]

Elle décède en juillet 2020 à l'âge de 57 ans[6]. Elle devient aussi la personne ayant vécu le plus longtemps avec une greffe du visage[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bryan Pietsch, « Connie Culp, First Face Transplant Recipient in U.S., Dies at 57 », sur The New York Times, (consulté le 1er août 2020)
  2. David Ramasseul, « Connie Culp. Un visage pour revivre », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2020).
  3. « Une femme qui a subi une première greffe du visage aux États-Unis est décédée à 57 ans - News 24 », sur News 24, (consulté le 2 août 2020).
  4. David Ramasseul, « Connie Culp. Un visage pour revivre », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2020).
  5. « Etats-Unis : décès de la première Américaine ayant reçu une greffe du visage », sur CNEWS (consulté le 2 août 2020).
  6. « La femme qui a subi la première greffe totale de visage aux États-Unis est décédée », sur 7sur7.be, (consulté le 2 août 2020).
  7. Le Parisien avec AFP, « Décès de Connie Culp, une Américaine greffée du visage il y a douze ans », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]