Common Object Request Broker Architecture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Corbas et Korba.

CORBA, acronyme de Common Object Request Broker Architecture, est une architecture logicielle, pour le développement de composants et d’Object Request Broker ou ORB. Ces composants, qui sont assemblés afin de construire des applications complètes, peuvent être écrits dans des langages de programmation distincts, être exécutés dans des processus séparés, voire être déployés sur des machines distinctes.

Corba est un standard maintenu par l’Object Management Group.

Historique[modifier | modifier le code]

Corba est une norme créée en 1992, initiée par différents constructeurs et éditeurs dont Sun, Oracle, IBM,… regroupés au sein de l’Object Management Group.

C'est avec la version 2 de Corba (fin 1995) qu'est apparu le protocole standard IIOP et l’Interface description language (IDL).

La version 2.3 rend interopérables Corba et RMI.

La version 3 de Corba spécifie 16 types de services (nommage et annuaire des objets, cycle de vie, notification d'événements, transaction, relations et parallélisme entre objets, stockage, archivage, sécurité, authentification et administration des objets, gestion des licences et versions,…) mais tous ne sont pas mis en œuvre dans les ORB du marché.

Choix de conception de Corba[modifier | modifier le code]

La technologie Corba adopte une approche essentiellement orientée objet : du point de vue d'un langage de programmation, toutes les méthodes sont virtuelles ; il n'y a ni polymorphisme paramétrique, ni méthode protégée ou privée, ni surcharge d'opérateur, ni fonction de première classe. Chaque composant est décrit sous la forme d'une interface écrite en langage IDL.

Une correspondance a été spécifiée entre le langage IDL et différents langages de programmation. Des précompilateurs dédiés permettent de générer automatiquement le squelette de l'interface IDL dans un langage donné, en produisant aussi le code qui assure l'appel de fonctions distantes et le traitement des résultats. Ce code porte le nom de stub du côté client et de skeleton du côté serveur. Un module dont l'interface est spécifiée en IDL pourra ainsi être programmé en C++, tandis que des modules Java qui l'utiliseraient effectueraient en fait des appels sur une interface Java générée à partir du même IDL, l'architecture Corba assurant l'acheminement des appels entre les processus.

Applications et composants Corba mélangent typages statique et dynamique. Ainsi, chaque composant est décrit statiquement par une interface mais les composants qui utilisent celui-ci doivent vérifier dynamiquement que l'interface est effectivement implémentée.

Développement Corba[modifier | modifier le code]

Interfaces[modifier | modifier le code]

Implantations[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Durant l'exécution, les communications entre composants sont gérées par un ORB.

Exemples d'applications[modifier | modifier le code]

La technologie Bonobo du projet GNOME utilise Corba.

C'est également le cas du framework SCADA 'Tango' de l'ESRF.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annick Fron 2007, Architectures réparties en Java, (ISBN 978-2-10-051141-9).
  • J.M. Geib, C. Gransart, P. Merle, 'CORBA : des concepts à la pratique', Masson, 1997.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Description : Site officiel de l'OMG concernant le bus à objets répartis CORBA,On y trouve les spécifications du bus, des protocoles de communication, des services objet communs, etc.

Description : Site contenant de nombreuses références sur CORBA.