Combined Task Force 151

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Combined Task Force 151 ou CTF-151 ou Combined Task Force One Five One est une force opérationnelle navale basée sur une coalition multinationale opérationnelle, force créée en réponse aux attaques pirates autour de la Corne de l'Afrique.

La CTF-151 opère dans le golfe d'Aden et au larges des côtes Est de la Somalie sur une superficie d'environ 2 600 000 km2.

Mission[modifier | modifier le code]

La CTF-151 est une force multinationale créée en pour mener des opérations de lutte contre la piraterie avec un mandat de la Combined Maritime Forces (CMF) pour activement dissuader, perturber et supprimer la piraterie afin de garantir la sécurité maritime et la liberté de navigation au profit de toutes les nations.

Commandement[modifier | modifier le code]

La CTF-151 a déjà été commandée par l'U.S. Navy, la Marine de la République de Corée, la Marine de Singapour et la Marine turque. Le commandement, composé de personnels de plusieurs pays de la coalition, dirige les opérations à bord du ROKS Kang Gamchan, un Classe Chungmugong Yi Sun-sin.

Liste des commandants :

Le contre-amiral Harris Chan Weng Yip de la Marine de Singapour commande en 2011 la CTF-151.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 2002 et 2004, la lutte contre le terrorisme dans cette zone est déjà confiée à la Combined Task Force 150.

Le , depuis le quartier général de la Cinquième flotte américaine à Manama, le vice admiral William E. Gortney (en), USN, annonce la formation de la CTF 151 pour combattre la piraterie au large de la Somalie avec comme commandant le contre-amiral Terence E. McKnight (en)[1]. L'USS San Antonio (LPD-17) est choisi comme premier navire amiral de la Combined Task Force 151, il sert de afloat forward staging base (AFSB) pour :

Au départ le CTF-151 était constitué du San Antonio, de l'USS Mahan (DDG-72) et du HMS Portland (F79) avec d'autres navires devant rejoindre par la suite la force[6]. Vingt pays doivent contribuer à la force dont la Corée du Sud, le Canada, le Danemark, la France, les Pays-Bas, le Pakistan, Singapour et le Royaume-Uni[7].

La Corée du Sud a contribué au CTF-151 avec l'Unité Cheonghae (en) qui a rejoint la force le [8]. L'Unité Cheonghae utilise un Classe Chungmugong Yi Sun-sin, un des destroyers les plus modernes, transportant un hélicoptère Lynx Mk.99A.

Le le contre-amiral Michelle J. Howard, de l'U.S.Navy, prend le commandement de la CTF-151 et du Expeditionary Strike Group 2[9].

Le le Gouvernement de l'Australie rejoint la force avec le navire HMAS Warramunga (FFH 152)[10].

Navires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « New Counter-Piracy Task Force Established », Navy NewsStand, GlobalSecurity.org,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2009)
  2. a b et c (en) MC1 Monique K. Hilley, « Navy, CG Training to Combat Piracy », Navy News, Military Advantage,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2009)
  3. a b c d et e (en) Brian Goodwin, « San Antonio Key to Counterpiracy Mission », Defence Professional,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2009)
  4. (en) Cpl Jason D. Mills, « Skids Fly to San Antonio », Marine Corps News, Military Advantage, (consulté le 26 janvier 2009)
  5. (en) Timothy J. Gibbons, « San Navy helicopter squadron helps fight pirates », The Florida Times-Union,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2009)
  6. (en) Gregory Viscusi, « Pirate Attacks Cut Dramatically by Navies, U.S. Admiral Says », Bloomberg News,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2009)
  7. (en) « US to lead new anti-pirate force », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2010)
  8. (en) Jung Sung Ki, « New S. Korean Naval Unit To Deploy to Somalia », Defense news, (consulté le 27 octobre 2009)
  9. (en) Lt. John Fage, « Admiral Howard Takes Command of ESG-2 and CTF 151 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Release #057-09, U.S Fifth Fleet, (consulté le 16 avril 2009)
  10. (en) Ian McPhedran, « Navy warship and RAAF spy planes join fight against Somali pirates », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]