Clique du Fengtian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde chinois image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le monde chinois et le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Drapeau des troupes de Zhang Zuolin, variation du drapeau à cinq couleurs. La couleur jaune, symbolisant l'ethnie mandchoue, domine les autres.

La Clique du Fengtian (奉系军阀, fèngxì jūnfá), désigne de manière informelle une faction armée mandchoue du Nord-Est de la Chine, active à l'époque de la première République de Chine durant la période des seigneurs de la guerre, et qui tirait son nom de la province de Fengtian (奉天省, « province de Mukden »)[1], en Mandchourie, aujourd'hui appelée Liaoning[2].

Combattants de l'armée privée du seigneur Sun Chuanfang se préparant à défendre Shanghai en 1927 contre l'armée républicaine. Ils portent la coiffure typique de cette armée et sont équipés de fusils Hanyang de la défunte armée impériale. Les soldats chinois portent des espadrilles, qu'ils ont toujours préférées aux souliers, godillots et bottes. Le brelâge est en coton tissé. Ces troupes, financées par les trésors de guerre des seigneurs, donnent une meilleure image que les soldats républicains souvent misérablement accoutrés.

Soutenue par l'Empire du Japon, elle fut animée principalement par Zhang Zuolin, seigneur de la guerre de la Mandchourie, puis par son fils Zhang Xueliang. Cette faction fut l'une des principales forces qui se disputèrent le pouvoir au sein du Gouvernement de Beiyang; elle connut de nombreux conflits avec les factions rivales, notamment la « Clique du Zhili » de Wu Peifu et Sun Chuanfang. En 1924, le ralliement du Guominjun de Feng Yuxiang lui permit de remporter la victoire sur la faction du Zhili, via le coup de Pékin. Le pouvoir à Pékin fut partagé entre le Guominjun et le Fengtian, mais la situation déboucha, faute d'accord concret, sur une grande instabilité politique.

L'armée du Fengtian était l'une des plus modernes parmi les factions armées des seigneurs de guerre chinois, employant notamment des chars FT-17 et des bombardiers Breguet. Zhang Xueliang était le commandant de l'armée de l'air du Fengtian.

En juin 1926, la faction du Fengtian prit de facto le pouvoir à Pékin. Durant l'expédition du nord, elle s'allia à la faction du Zhili pour combattre l'Armée nationale révolutionnaire du Kuomintang.

En juin 1927, Zhang Zuolin s'auto-proclama chef de l'État avec les titres de Grand Maréchal de la République de Chine et Généralissime du gouvernement militaire, étant brièvement reconnu au niveau international comme le dirigeant de la République. Mais, en mai 1928, ses troupes furent battues par celles du Kuomintang. Le 3 juin, Zhang Zuolin abandonna Pékin et, dans sa fuite, fut tué dans un attentat organisé par ses anciens alliés japonais.

Zhang Xueliang succéda à son père à la tête de la faction du Fengtian et, le 29 décembre 1928, annonça finalement son ralliement au gouvernement de Nankin dirigé par Tchang Kaï-chek. Il continua néanmoins à commander ses troupes de manière semi-indépendante jusqu'à son arrestation consécutive à l'incident de Xi'an.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mukden (mandchou : ᠮᡠᡴᡩᡝᠨ, est l'équivalent du terme chinois 奉天省, signifiant « Vénérer le ciel », comme le faisaient les Mongols et les Mandchous.
  2. Wang Ke-Wen, Modern China: An Encyclopedia of History, Culture, and Nationalism, Garland Publishing Inc, 1997