Claude-Henri Plantier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claude-Henri Plantier
Image illustrative de l’article Claude-Henri Plantier
Portrait par Melchior Doze vers 1855 - 1860
Biographie
Nom de naissance Plantier
Naissance
Ceyzérieu
Ordination sacerdotale
Décès
Nîmes)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque de Nîmes
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Claude-Henri Plantier (, Ceyzérieu - , Nîmes) est un prélat, évêque de Nîmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était un farouche ultramontaniste et anti-protestant.

Il joua un rôle important avec Louis-Édouard Pie, évêque de Poitiers, lors des débats sur l'infaillibilité pontificale. Certains de ses commentaires ont suscité des commentaires de la part de Bismarck.

Il était également un opposant à la tauromachie. Il a écrit une lettre pastorale en 1863 à ce sujet[1], dans laquelle il décrit avec indignation le spectacle de l’arène et condamnent les sentiments qui animent les spectateurs, qui se repaissent de la souffrance des taureaux, des chevaux et même des hommes : « Quand on nous raconte le détail de ces hideux combats… nous croyons entendre un récit des temps païens… Ces jeux ne sont attrayants que par le côté du péril et de la souffrance. Ce sont surtout les inquiétudes ou les douleurs du taureau qui vous passionnent ; et certes, quoi qu’on en puisse dire, ce genre de satisfaction n’est pas chrétien. L’esprit de douceur et de mansuétude fait essentiellement le fond de l’évangile…

Du Maître, cette vertu doit passer aux disciples ; et telle en est la tendresse, telle en est l’étendue, dans les pensées de Celui qui l’a commandée, qu’elle doit s’interdire non seulement de torturer, mais même de froisser, mais même d’inquiéter un être quelconque pour se faire un divertissement de ses détresses. Barbare vis-à-vis des animaux [ce spectacle] , qu’est-il vis-à-vis de l’homme qui lutte contre eux ? Il est au moins dangereux quand il n’est pas meurtrier… Et l’on oserait dire après cela que des chrétiens peuvent assister à de pareilles scènes ? (…) Ainsi du côté du spectacle rien n’est digne du chrétien parce que tout est frivole ou barbare.[2] »

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Règles de la vie sacerdotale (1859)
  • Pie IX défenseur et vengeur de la vraie civilisation (1866)
  • Sur les Conciles généraux (1869)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Tauromachie au XXIe siècle : pourquoi ?
  2. Jean Gaillard, « Les animaux, nos humbles frères » Editions Fayard, 1986.