Christine Boyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christine Boyer
Jean-Baptiste Isabey 001.jpg
Portrait de Christine Boyer, miniature de Jean-Baptiste Isabey.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 28 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Famille
Père
Pierre André Boyer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Rosalie Fabre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Lucien Bonaparte (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Charlotte Bonaparte Gabrielli
Unnamed son Bonaparte (d)
Victorie Gertrude Bonaparte (d)
Christine-Égypte BonaparteVoir et modifier les données sur Wikidata
Prononciation

Marie Anne Christine Boyer, née à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume le (fille de Pierre-André Boyer et de Rosalie Fabre), et morte à Paris le , est la première femme de Lucien Bonaparte. Fille de l’aubergiste de Lucien, qu’elle épouse le , Christine Boyer eut avec lui quatre enfants dont deux filles avec descendance :

  • Philistine Charlotte Bonaparte née à Saint-Maximin le , morte à Rome le , princesse française et altesse impériale (1815)[réf. nécessaire], princesse Bonaparte et altesse (1853)[1], mariée en 1815 à Mario prince Gabrielli (1773-1841), puis en 1842 au chevalier Settimio Centamori,
  • un fils né et mort en 1796,
  • Victoire née et morte en 1797,
  • Christine-Égypta Bonaparte née à Paris le , morte à Rome le , princesse française et altesse impériale (1815)[réf. nécessaire], mariée en 1818 à Arvid comte Posse, chambellan à la cour de Suède puis en 1824 à Lord Dudley Coutts Stuart, député à la Chambre des communes[2].

Elle est, par ailleurs, la tante maternelle d'Antoine Gasson, receveur général des finances, gendre du maréchal Bugeaud[3],[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Bonaparte à Saint-Maximin, Hyacinthe Saint-German Leca

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Lachnitt, « Note sur le patronyme et les titres dans la famille Bonaparte », sur "Revue du Souvenir Napoléonien" (site d'Histoire de la Fondation Napoléon) sur napoleon.org, (consulté le ) : « Sous le Second Empire, en application du Décret organique du 18 décembre 1852, fixant les modalités de l'hérédité dynastique, conformément à l'article 4 du Senatus-consulte du 7 novembre 1852, confirmé le 21 juin 1853 par le « Statut réglant la condition et les obligations des membres de la Famille Impériale », se concrétisa la différence entre les membres dynastes de la famille, réduits aux descendants à venir de Napoléon III et, à la suite, à ceux de Jérôme, ex-roi de Westphalie, appartenant seuls à la famille impériale et bénéficiant du prédicat d'Altesse Impériale, et ceux de la descendance de Lucien, non dynastes, membres de la famille (civile) de l'Empereur, portant le titre de prince, sans prédicat, sauf pour ceux ayant rang à la cour nommés, par courtoisie, Altesses. »
  2. Antonello Pietromarchi (trad. de l'italien), Lucien Bonaparte : 1775-1840, Paris, Perrin, , 347 p. (ISBN 2-262-02207-0), p. 261
  3. Généalogie Boyer, geneanet.org
  4. Fiche Christine Bonaparte (née Boyer), myheritage.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]