Christiane Mandelys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christiane Mandelys
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Clotilde Louise Georgette MarigauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Christiane MandelysVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Distinction

Christiane Mandelys, née Clotilde Louise Georgette Marigaux le à Paris et morte le (à 83 ans) dans la même ville, est une mime, actrice française de cinéma, scénariste, critique de cinéma et professeure de théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un architecte, Louis-Frédéric Marigaux[1], Christiane Mandelys fréquente le Conservatoire de Paris et y étudie le mime avec Félicia Mallet. Elle y rencontre Georges Wague avec qui elle forme un duo de pantomimes qui connait rapidement le succès. Elle se produit dans les salons de la Belle époque, fréquente Colette et s'en fait une amie, est saluée par la presse parisienne (Le matin, La justice, La lanterne, Gil Blas, Le petit Parisien…), et court les meilleures scènes (Théâtre des Mathurins, la Bodinière, Gaîté-Montparnasse, Théâtre des Capucines, Théâtre d'Antin, Théâtre Mondain, Théâtre Rabelais, théâtre de la Tour Eiffel, théâtre Grévin, le Grand Guignol, théâtre des Bouffes-Parisiennes, théâtre de Montrouge…). Son succès est tel qu'elle est distinguée comme officier de l'instruction publique en 1907[2].

La carrière cinématographique de Christiane Mandelys est météoritique (concentrée entre 1907 et 1910) et commence avec Edmond Benoît-Lévy qui produit en 1907 un film de 1 600 m, L'enfant prodigue, mis en scène par Michel Carré pour la Gaumont. Le succès est immense, malgré les commentaires paradoxalement très négatifs du réalisateur sur son propre travail (« Un très mauvais film réalisé avec toute l'ignorance d'un débutant »[3]).

À la Gaumont, elle est engagée par Louis Feuillade qui produit de manière effrénée un film chronophone par semaine[2]. Christiane Mandelys ne se contente pas de jouer dans les films, elle en est souvent l'inspiratrice et la scénariste : « J’ai moi-même imaginé souvent des scénarios de cinéma comme La légende de la fileuse, L’étoile filante, Le fil de la Vierge… Et pensez à mon orgueil : ces pièces-là, imaginées et créées par moi, sont sûres de vivre longtemps. »[4] Elle donne également des scenarii qui sont tournés par Lux, Pathé et Film d'Art[5]. Elle écrit également pour la critique, dans La victoire sous le pseudonyme « Le rat du moulin », puis dans Le film.

En 1920, sans abandonner la critique de cinéma, Christiane Mandelys ouvre une école de théâtre avec Georges Wague dans leur atelier de Pigalle.

Christiane Mandelys décède en 1957 à Paris.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Rôles[modifier | modifier le code]

Scenarii[modifier | modifier le code]

1908 : La légende de la fileuse. Réalisation : Louis Feuillade. Production : Gaumont. Avec Christiane Mendelys, Renée Carl, Alice Tissot, et Georges Wague. Muet, noir et blanc

1909 : L'étoile filante

1910 : Le fil de la vierge. Réalisation : Louis Feuillade. Production : Gaumont. Muet, noir et blanc

Critiques de cinéma[modifier | modifier le code]

  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎
  • Le rat du moulin (Christiane Mandelys), « Le moulin à images », La victoire,‎

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, « Acte de naissance », sur archives.paris.fr
  2. a et b (en) Fee, Annie, « Christiane Mendelys », sur Women Film Pioneers Project
  3. Fulgus, « Cinématographe », Comoedia,‎ , p. 5
  4. « Leurs confidences », Fantasio,‎ , p. 566-567
  5. Doublon, Lucien, « Studios », Cinémagazine,‎ , p. 20

Liens externes[modifier | modifier le code]