Aller au contenu

Christian Ier d'Anhalt-Bernbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Christian Ier
Christian Ier d'Anhalt (faussement appelé Christian II sur le bord de la gravure)
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
BernbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Église du château de Bernbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Der SehnlicheVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
House of Ascania (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Anne de Bentheim-Tecklenbourg (en) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Friedrich Christian von Anhalt-Bernburg (d)
Amalie Juliane von Anhalt-Bernburg (d)
Christian II d'Anhalt-Bernbourg
Éléonore Marie d'Anhalt-Bernbourg
Unknown daughter von Anhalt-Bernburg (d)
Sibylle Elisabeth von Anhalt-Bernburg (d)
Anne Magdalene von Anhalt-Bernburg (d)
Anne Sofie von Anhalt-Bernburg (d)
Luise Amalie von Anhalt-Bernburg (d)
Anhalt-Bernburg, Fürst Ernst (d)
Amoena Juliane von Anhalt-Bernburg (d)
Agnes Magdalene von Anhalt-Bernburg (d)
Frédéric d'Anhalt-Harzgerode
Sophie-Marguerite d'Anhalt-Bernbourg
Dorothea Matilde von Anhalt-Bernburg (d)
Friedrich Ludwig von Anhalt-Bernburg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Conflit

Christian Ier (né le et mort le à Bernbourg) fut prince d'Anhalt-Bernbourg de 1603 à 1630. Il fut également l'un des fondateurs et chefs militaires de l'union protestante (parti protestant) au début de la guerre de Trente Ans.

Christian Ier d'Anhalt-Bernbourg était le deuxième fils de Joachim-Ernest d'Anhalt (mort en 1586) et de sa première épouse la comtesse Agnes von Barby (décédée en 1569). À partir de 1570, il fut éduqué et instruit à Dessau, le lieu de résidence des princes d'Anhalt, par son précepteur Caspar Gottschalk. Il apprend en particulier le latin, l'italien et le français. Encore enfant, il peut participer à des missions diplomatiques, vers Constantinople notamment. Il est fort doué et devient un diplomate respecté et reconnu.

Au début de l'année 1586, il se rend à Dresde où il reste plusieurs années en tant qu'ami intime de son homonyme, le prince-électeur de Saxe Christian Ier, dont il partage les sympathies calvinistes.

Allié du roi Henri IV, ses troupes mettent à sac le château-fort et la ville de Forbach dans le duché de Lorraine. C'est peut-être au cours de cet épisode violent qu'est tué l'écrivain Johann Fischart, surnommé le Rabelais Allemand.

Lorsque éclate, en 1592, la lutte pour l'évêché de Strasbourg, il prend le parti du Margraviat de Brandebourg contre le duché de Lorraine. Trois ans plus tard, en 1595, il devient gouverneur du Haut-Palatinat au service de l'Électeur Palatin Frédéric V, en résidence à Amberg.

La même année que sa nomination, il épouse, le 2 juillet, la comtesse Anna von Bentheim-Tecklenburg, de onze ans sa cadette, qui lui donne cinq fils et onze filles avant de décéder en 1624.

En 1603, il renonce à la seigneurie de Plötzkau en faveur de son demi-frère Auguste, qui lui est apparenté, sous prétexte que ce dernier n'a rien reçu lors d'un partage territorial.

C'est à l'âge de 37 ans environ qu'il se déclare ouvertement calviniste. Il fonde en 1608 l'union protestante, une faction anticatholique et anti-impériale qui œuvre à la défense du culte réformé.

Lors de l'arrivée de Frédéric V sur le trône palatin en 1610, l'influence de Christian Ier à la cour de Heidelberg augmente. En tant que chancelier du jeune et inexpérimenté prince, il participe notablement à l'élection de Frédéric V à la couronne de Bohême en 1619. Outre la perspective de pouvoir constituer une nouvelle entité politique de poids en Europe centrale existent aussi des considérations économiques en faveur du choix de son champion. Le Haut-Palatinat est, à cette époque, la principale région européenne productrice de fer et la Bohême, une place importante du commerce de l'étain et du verre. Leur réunion peut donc signifier la constitution d'une puissance économique et exportatrice de premier plan.

Christian d'Anhalt-Bernbourg est à la tête de l'armée tchèque et protestante lors de la bataille de la Montagne Blanche qui l'oppose aux troupes de la Ligue catholique et du Saint-Empire romain germanique commandées par le comte de Tilly et Bucquoy le . Cette bataille se solde, pour les partisans de Frédéric V, par une déroute totale qui provoque la fuite du « roi d'un hiver » et de son conseiller, ainsi que par la disparition de l'union protestante qui est dissoute de fait dès 1621. Christian se rend alors en Suède, avant de rejoindre la ville de Flensbourg, qui appartient à cette époque au Danemark.

Finalement, son demi-frère, le prince Louis d'Anhalt-Köthen envoie Diederich von dem Werder auprès de l'empereur Ferdinand II pour obtenir la levée de la mise au ban de Christian. Cela lui est accordé le et il obtient alors le droit de revenir dans son château de Bernbourg.

Le prince Christian Ier meurt le à l'âge de 62 ans à Bernbourg. Il y avait fait construire, de son vivant, dans l'Église Saint-Gilles du château, un monument funéraire familial qu'il fut le premier prince d'Anhalt-Bernbourg à occuper. Son fils Christian II d'Anhalt-Bernbourg, né en 1599, lui succéda.

Descendance

[modifier | modifier le code]

Le , Christian épouse Anne (), fille du comte Arnold IV de Bentheim-Tecklembourg (de). Ils ont seize enfants :

  • Frédéric-Christian () ;
  • Amélie-Julienne () ;
  • Christian II (), prince d'Anhalt-Bernbourg ;
  • Éléonore d'Anhalt-Bernbourg (), épouse en 1626 le duc Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow ;
  • une fille (mai ? 1601)
  • Sibylle-Élisabeth () ;
  • Anne-Madeleine () ;
  • Anne-Sophie () ;
  • Louise-Amélie () ;
  • Ernest (), mortellement blessé à la bataille de Lützen ;
  • Amoena-Julienne () ;
  • Agnès-Madeleine () ;
  • Frédéric (), prince d'Anhalt-Harzgerode ;
  • Sophie-Marguerite (), épouse en 1651 le prince Jean-Casimir d'Anhalt-Dessau ;
  • Dorothée-Mathilde () ;
  • Frédéric-Louis ().

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]