Ch'oe Yun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Choe Yun)
Aller à : navigation, rechercher
Choe Yun
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
SéoulVoir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Choe YunVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Ch'oe YunVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Choe Yun ou Ch'oe Yun (en hangeul : 최윤), née le à Séoul en Corée du Sud, est une auteure sud-coréenne et professeure de littérature française[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Choe est née à Séoul le et a obtenu un doctorat à l'université Sogang[2]. En 1978, après son diplôme de l'université Sogang, Choe Yun se rend en France, où elle obtient un doctorat à l'université de Provence à Aix-en-Provence[3]. Elle réalise ses débuts littéraires relativement sur le tard, à l'âge de 40 ans, avec son récit Là-bas, sans bruit tombe un pétale (Jeogi hanjeom kkonnipi jigo). Après ses débuts, Choe a rapidement été reconnue comme l'une des auteures les plus importantes de la littérature moderne en Corée.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son écriture se concentre sur l'impact psychologique des événements politiques et historiques en Corée du Sud, y compris le massacre de Gwangju (1980) et la dictature de Park Chung-hee (1961-1979), avec des techniques sophistiquées d'écriture[4].

Les travaux de Choe sont variés, mais généralement se fondent dans des contextes politiques. Le bonhomme de neige gris (Hoesaek nunsaram) st raconté par une jeune femme évoluant dans les années 1980 avec les turbulences des mouvements de démocratisation. Ses récits La surveillance du père (Abeoji-ui gamsi) et Une fenêtre sans voix (Beong-eori chang) montrent la douleur des familles séparées par la guerre de Corée et la fracture de la nation. Choe, cependant, maintient dans ses récits de longs passages où elle décrit la vie intérieur de ses personnages, même quand ils sont pris dans les grands drames de l'histoire. Le style narratif de Choe, avec la description du monde intérieur de ses personnages, est souvent proche du surréalisme[5].

Beaucoup de ses œuvres, y compris Là-bas, sans brit tome un pétalé (Jeogi hanjeom kkonnipi jigo, 1988), Le bonhomme de neige gris (Hoesaek nunsaram, 1991), et Chuchotement, chuchotement (Soksagim soksagim, 1993), sont des représentations semi-autobiographiques des événements entourant le soulèvement de Gwangju[6]. Son travail datant de 1994 Le dernier des Hanako a remporté le prix littéraire Yi Sang.

Le travail de Choe est à la fois élégant et émotionnel, et aborde généralement les dommages psychologiques créé par l'après seconde guerre mondiale (et en particulier par la Guerre de Corée)[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 너는 더 이상 너가 아니다 Tu n'es plus ce que tu étais (1991)
  • 속삭임 속삭임 Chuchotement, chuchotement (1991)
  • 저기 소리없이 한 점 꽃잎이 지고 Là-bas, sans bruit tombe un pétale (1992)
  • 겨울 아틀란티스 Atlantis d'hiver (1997)
  • 마네킹 Mannequin (2003)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ch'oe Yun sur le site LTI Korea Library
  2. Korea Journal Vol.32 No.2 Summer 1992, pp.117
  3. Asian Studies in Business and Economics http://groups.uni-paderborn.de/wipaed/ASBE/2006/07/30/silently-a-flower-falls-by-choe-yun/
  4. Inevitable Dissident From "PRI's The world," June 10, 2008 http://www.pri.org/theworld/?q=node/18651
  5. KLTI, Author App
  6. A History of Korean Literature. Peter H. Lee, ed. Cambridge University Press. Cambridge, England. 2003. pp 494.
  7. http://cup.columbia.edu/book/978-0-231-14296-0/there-a-petal-silently-falls
  8. a et b [PDF] (en) « Introducing Korean Literature », sur The Korean Cultural Centre (consulté le 6 septembre 2014).

Articles connexes[modifier | modifier le code]