Chartreuse d'Aggsbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue de l'ancienne chartreuse en 2012 (côté Est)

La chartreuse d'Aggsbach (Kartause Aggsbach) est un ancien monastère de chartreux situé en Basse-Autriche à Aggsbach Dorf.

Histoire[modifier | modifier le code]

Église de l'ancienne chartreuse

Le monastère est fondé en 1380 par Heidenreich de Maissau. Son prieur de 1385 à 1387 est Michel de Prague[1]. Le fameux Vincent d'Aggsbach (1389-1464) y a vécu toute sa vie et y a composé des écrits théologiques. Il en a été également prieur. Il a pris la défense d'Hugues de Balma dans la controverse de la Docte ignorance[2] et s'est opposé à Jean Gerson[3].

La chartreuse possède de nombreux domaines au fil des siècles qui lui sont légués ou octroyés, comme les terres seigneuriales de Purgstall, Seiterndorf, Großmugl, Külb, Kühbach et Strohdorf. Elle en avait douze en 1723[4].

Joseph II, adepte des Lumières en application du joséphisme et du despotisme éclairé, décide de supprimer les ordres religieux et les congrégations ou d'en tarir le recrutement. La chartreuse est donc confisquée en 1782 et les moines dispersés. Une partie des bâtiments sert de résidence seigneuriale, une autre de cure paroissiale; mais le cloître et les cellules sont démolis. L'église devient simple église paroissiale et se voit coiffée d'un clocher. Des recherches effectuées en 2010 par l'office du patrimoine ont démontré que le clocher a été bâti grâce aux pierres des anciennes cellules démolies.

L'ancienne chartreuse abrite aujourd'hui un musée des Chartreux et des espaces loués pour des conférences, des séminaires, des réceptions, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Michael von Prag, Datenbank ALCUIN
  2. Augustin Devaux, « Vincent d'Aggsbach » dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, vol. 16, col. 804-806, Paris, Beauchesne, 1994.
  3. Edmond Vansteenberghe, « Un écrit de Vincent d'Aggsbach contre Gerson », dans Studien zur Geschichte der Philosophie. Festgabe zum 60 geburtstag Clemens Baeumker gewidmet von seinen Schülern und Freunden, (Études sur l'histoire de la philosophie. Mélanges offerts à Clemens Baeumker par ses amis et élèves pour son soixantième anniversaire), éd. Aschendorff, Munich, 1913, p.357-364.
  4. (de) Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Klosterakten Aggsbach Karton 7, Blatt 117.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vue de l'Est
  • Jeanne Barbet et Francis Ruello, « Vincent d'Aggsbach » dans Hugues de Balma, Théologie mystique tome I, Paris, Cerf, Sources chrétiennes 408, 1995, pp 75–85. (ISBN 2204051152).
  • Christian Trottmann, « Sic in vi affectiva, Note sur le De Theologia Mystica III, sa réception par Vincent d'Aggsbach, son dépassement par Gerson et quelques autres ultérieurs », Bulletin de philosophie médiévale 45, 2003, pp. 167-187. (ISSN 0068-4023)
  • (de) Heribert Rossmann, « Leben und Schriften des Kartäusers Vinzenz von Aggsbach », dans Die Kartäuser in Österreich, vol. III, Analecta Cartusiana 83.3, Institut für Anglistik und Amerikanistik, Salzbourg, 1981.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :