Charles Virmaître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Virmaître
Biographie
Naissance
à Paris 6ème
Décès (à 68 ans)
à Paris 10ème
Nationalité Française
Thématique
Profession Historien - Lexicographe - Journaliste
Intérêts Paris
Œuvres principales Paris impur (1889)
Dictionnaire d'argot fin de siècle (1894)

Charles Virmaître, né le 14 janvier 1835 à Paris, et mort le 15 mars 1903 à Paris, est un historien, lexicographe et journaliste français.

Il s'intéresse essentiellement à Paris[1], et aux mœurs et à la prostitution de la capitale[2]. Il est également l'auteur du Dictionnaire d'argot fin de siècle, publié en 1894.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Virmaître est le fils du journaliste Claude Virmaître (1806?-1854)[3], qui a notamment été rédacteur au journal Le Corsaire, où il travailla lui-même également[4].

Il précise lui-même : « Je fais du document et non de la critique, de l'histoire et non de la théorie[5]. »

Il fut le secrétaire d'Émile de Girardin[6]. Il eut à Montmartre un cabaret littéraire[6].

En 2014, Sandrine Fillipetti, dans la préface d'une anthologie consacrée à Charles Virmaître, Portraits pittoresques de Paris : anthologie, 1867-1893, publiée aux éditions Omnibus, écrit :

« Il fut plus attentif encore que d’autres à « pénétrer dans la partie interdite au public », à entrer à la fois dans les coulisses de la grande presse et des feuilles éphémères, des cabarets excentriques et des bouis-bouis, des prisons et des maisons de tolérance, des bals et des tripots obscurs, esquissant d’après nature, renseignant sur un Paris populaire sans doute plus authentique que celui des grands bourgeois[4]. »

Veuf depuis 3 ans, selon sa nécrologie de 1903 : « il s'était mis à boire[6] », et meurt dans la plus grande solitude[6] à 68 ans, en mars 1903 à l'hôpital Lariboisière, à Paris.

Ses travaux[modifier | modifier le code]

Journalisme[modifier | modifier le code]

Il collabore à de nombreux journaux[4] : Le Corsaire en 1851 et 1852, puis il est secrétaire de rédaction à La Liberté[4] fondé par Émile de Girardin.

Il est éditeur scientifique du journal Le Monde pour rire en 1868, puis de l'hebdomadaire La Charge : journal satirique hebdomadaire[7], journal qui paraît entre 1870 et 1890, dont Alfred Le Petit est directeur de publication. Il participe également aux journaux Le Centre gauche ou au Salut[4].

Il est gérant et directeur de publication du journal L’Étoile[4],[8], publié entre 1874 et les années 1880, et gérant du journal La Confiance[4], en 1880.

Paris, et les mœurs de la capitale[modifier | modifier le code]

Paris, angle rue de Seine et Rue de l'Échaudé, photographié par Eugène Atget, fin XIXe - début XXe siècle.

Charles Virmaître a écrit un grand nombre d'ouvrages sur Paris : Les curiosités de Paris (1868), La Commune à Paris (1871), Paris oublié (1886), Paris-escarpe (1887), Paris qui s'efface (1887), Paris-boursicotier (1888), Paris canard, sur la presse parisienne (1888), Paris-Palette, sur l'art et la peinture parisienne (1888), Paris croque-mort sur les cimetières parisiens (1889), Paris-médaillé (1890), ou encore Paris historique (1896).

De la capitale, il s'intéresse également plus particulièrement à ses mœurs sexuelles, à la prostitution, aux maisons closes, et à leurs diverses réglementations et pénalisations. De nombreux ouvrages portent sur ces thèmes : Les virtuoses du trottoir (1868), Les maisons comiques ; détails intimes et inédits de la vie de célébrités artistiques (1868), Paris-police (1886), Paris impur (illustrations de Louis Vallet) (1889), Paris-galant (1890), Paris cocu (1890), Paris documentaire : Trottoirs et lupanars (1893). Un de ses derniers ouvrages se penche sur une pratique plus extrême : la flagellation, dans son essai Les Flagellants et les flagellés de Paris (1902).

Les jeux et l'argot[modifier | modifier le code]

Charles Virmaître s'est penché sur le jeu et sa législation, dans deux ouvrages parus en 1872 : Les Jeux en France, leur législation, leur moralité, et Les jeux et les joueurs, préfacé par le vicomte Oscar de Poli.

En 1894 est publié son Dictionnaire d'argot fin de siècle, préfacé par Léo Trézenik, et l'année suivante, son Supplément au Dictionnaire d'argot fin-de-siècle.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Publications originelles[modifier | modifier le code]

Préfaces

Années 2010[modifier | modifier le code]

Rééditions et anthologies[modifier | modifier le code]

  • Portraits pittoresques de Paris : anthologie, 1867-1893, édition établie, préfacée et annotée par Sandrine Fillipetti, éditions Omnibus, 2014[5] - anthologie à partir de 12 de ses ouvrages sur Paris
  • Paris impur, illustrations de Louis Vallet, éditions Abordables, 2015 - fac-similé de l'édition originale (sa seconde édition, de 1891)
  • Dictionnaire d'argot du siècle et de langage populaire, illustrations de Creseveur (1965- ), Denis éditions, 2016

Vente aux enchères de ses ouvrages[modifier | modifier le code]

En mars 2014, un lot de 19 de ses ouvrages originaux sur Paris est vendu aux enchères Drouot[2], à un prix de plus de deux fois son estimation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michelis di Rienzi, Panthéon des lettres, des sciences et des arts : profils contemporains, 1893
  • « Charles Viremaître » in Jean-Didier Wagneur et Françoise Cestor, Les bohèmes, 1840-1870 : écrivains, journalistes, artistes, éd. Champ Vallon, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]