Charles Rohault de Fleury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rohault de Fleury.
Charles Rohault de Fleury
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Division 46 du cimetière du Père Lachaise (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Enfants
Hubert Rohault de Fleury
Georges Rohault de Fleury (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charles Rohault de Fleury, né le 23 septembre 1801 à Paris et mort le 11 août 1875 dans cette même ville, est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de l'architecte Hubert Rohault de Fleury (1777-1846). Polytechnicien, diplômé des beaux-arts, il s'oriente vers l'architecture. Il devient l'élève de son père, architecte des casernes de Paris[1] avec lequel il travaille sur divers projets dont la caserne Mouffetard à Paris.

Nommé architecte du Jardin des plantes de Paris en 1832, il y réalise en 1836 les plus grandes serres composées de structures métalliques et de verre jamais construites à l'époque. Il n'achève pas son projet, la seconde tranche ne voit pas le jour[1]. Ces deux serres font partie des Grandes serres du Jardin des plantes et sont actuellement connues sous les noms de Serre de Nouvelle-Calédonie et Serre de l'histoire des plantes. Il conçoit également le laboratoire vétérinaire de la Ménagerie du Jardin des plantes.

Il fut chargé en 1829 de l’exécution d’une vaste maison de refuge à Paris. On lui doit aussi à Paris les plans d’un opéra italien (1840), la construction de l’Hippodrome, détruit par un incendie, la chambre des notaires, plusieurs grands hôtels rue Saint-Arnaud et aux Champs- Élysées[2].

Il est le père du peintre Hubert Rohault de Fleury et de l'archéologue et historien d'art Georges Rohault de Fleury (en).

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (46e division).

Son descendant, Rodolphe de Saint Germain, historien, lui a consacré une importante biographie publiée en 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]