Chaise longue B 306 / LC4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vue de la bibliothèque du 1er étage du pavillon de la Villa Church : au premier plan en bas à gauche, première apparition de la chaise longue et des autres modèles d’assises nouvellement créés par Charlotte Perriand pour Le Corbusier.

La chaise longue modèle B 306 à réglage continu, également surnommée La Machine à repos, est une chaise longue basculante créée par Charlotte Perriand pour Le Corbusier, ce pourquoi elle est communément attribuée à l’architecte. Cette chaise est néanmoins officiellement signée des trois auteurs Le Corbusier, Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret et il faudra attendre la fin les années 2010 pour que la conception de cette pièce majeure du design mobilier du XXe siècle soit reconnue comme étant l’œuvre de Charlotte Perriand[1],[2].

Présente dans les collections de nombreux musées[3],[4],[5],[6], la chaise longue B 306 / LC4 est considérée comme un objet culte, modèle iconique du mobilier du XXe siècle.


Évolution du modèle[modifier | modifier le code]

La Machine à repos et le modèle B 306[modifier | modifier le code]

La création de cette chaise longue fait suite à une commande passée par Le Corbusier sur la base de croquis d’intention illustrant 9 positions d’assises pour lesquels Charlotte Perriand est invitée à concevoir du mobilier.

Inspirée par Le fauteuil Surrepos à inclinaison variable du Docteur Pascaud et le rocking chair de la marque Thonet, Charlotte Perriand innove en utilisant des matériaux de son temps, liés à la modernité et l’industrie et en puisant directement formes et ressources dans l’aviation et l’automobile : tubulures métalliques chromées ou laquées, ressorts, sandows, profilés ovoïdes en tôle d’acier laqué issus de fournisseurs aéronautiques, caoutchouc, et cuir ou peaux de première qualité.

Le cadre de l’assise permet de varier la position et de la stabiliser sans système de blocage mais par simple friction sur les barres transversales du piètement, recouvertes de caoutchouc.

Le dessin de la chaise longue s’appuie sur un tracé régulateur basé sur les divisions harmoniques du rectangle d’or[7].

Présentée pour la première fois en 1928 dans la Villa Church à Ville-d’Avray, puis au salon d’automne 1929[8], la chaise est coûteuse à produire et est éditée par le fabricant autrichien Thonet sous la dénomination B 306. À partir de 1932, la chaise longue est également produite par la société suisse Embru et référencée n°2072[9]. Malheureusement, et malgré le succès des produits phares de Thonet, cette première phase de commercialisation de la chaise longue est un échec, du fait de son prix notamment, et en 1937 seuls 172 exemplaires ont été vendus.

À partir de 1959, Le Corbusier fait éditer la chaise longue à son profit et sous son seul nom, raison pour laquelle elle est nommée chaise longue Le Corbusier. Heidi Weber est alors éditeur de la chaise et lui donne la référence LC104[10].

À propos des premiers modèles B 306[modifier | modifier le code]

Il est à noter que l’assise des toutes premières versions de la chaise longue (le modèle des premières images sur lesquelles pose Charlotte Perriand par exemple) est composé d’un ensemble de pièces de cuir savamment découpées et directement fixé sur le cadre tubulaire, tendu au revers par des ressorts[3],[4] tandis que les versions suivantes disposent d’un matelas posé sur un sommier à ressorts et sandows, et solidarisé au cadre par des brides.

En 2014, une ré-édition spéciale en 1 000 exemplaires, inspirée de la toute première version, est proposée par Cassina en collaboration avec Louis Vuitton[11].

La chaise longue LC4[modifier | modifier le code]

À partir de 1964, l’entreprise Italienne Cassina (it) devient l’éditeur exclusif[12] de la chaise longue et la nomme LC4, nom qu’elle porte toujours à ce jour[13].

La chaise longue Tokyo 522[modifier | modifier le code]

À partir de 1938, Charlotte Perriand, qui a mis fin à sa collaboration avec Le Corbusier en 1937, envisage de concevoir son mobilier en bois pour le rendre plus économique et pour redonner une seconde vie à sa chaise longue. Lors de son séjour au Japon de 1940 à 1942 elle crée ainsi une déclinaison en bambou de sa chaise longue B 306 : la chaise longue 522 Tokyo[14].

En 2011, soit 71 ans après la présentation du modèle, Cassina édite la chaise longue 522 Tokyo[15],[16]. Le modèle est disponible en teck, hêtre ou bambou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charlotte Fiell et Peter Fiell, Design of the 20th Century, Cologne, Tashen, (ISBN 3-8228-5873-0)
  • Patrick Favardin, Les décorateurs des années 50, Paris, Éditions Norma, (ISBN 978-2-909283-61-6)
  • Sous la direction de Pernette Perriand, Jacques Barsac et Sébastien Cherruet, Le monde nouveau de Charlotte Perriand, Paris, Fondation Louis Vuitton, Gallimard, (ISBN 978-2-07-285718-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]