Château du Puy (Tercillat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Château du Puy est un château français du XVIIIe siècle bâti sur la commune de Tercillat, dans la Creuse.

Historique[modifier | modifier le code]

Château du Puy, entrée

Cette demeure de hobereaux, à portes cochères du XVIIIe siècle, parquetées et restaurées, fut construite avec les moellons - pierres calcaires de constructions utilisées fréquemment au Moyen Âge - de l'ancien château féodal de Tercillat, lui-même ancienne commanderie des templiers, place de l'église, et détruit à la Révolution. La terre et le chezal du Puy, du Podio en latin, sont mentionnés en 1237 dans les archives de M. de Villaines sur un parchemin en latin daté du 4 mai 1237. Gilles Ajasson, qui en était le seigneur, les vendit à Roger de Brosse, seigneur de Sainte-Sévère, qui en fit don à Jehan le Groind à la fin du XIVe siècle, et qui lui-même les revendit à Pierre Guionnet.

En 1395, Pierre II de Brosse ratifia la vente ainsi faite, le samedi 24 janvier après la fête de Saint Antoine. On retrouve le fief du Puy aux mains de Damoiselle Marguerite, femme de Loys de la Vigne, seigneur de Maransagnes en 1509. Le Puy fut réuni à la Seigneurie de Tercillat - qui était une ville à l'époque médiévale - par Jean de Noblet. Puis le fief passa à dame Sylvie-Claire de la Chapelle, femme de Claude de Vaussadade, seigneur de Brousse. Par procuration son fermier Jean-Baptiste Porcher en fit hommage à Germain de Flexelles, seigneur de Sainte-Sévère.

Quelques mois après, Claude de Vachassade le vendit à Claude-Bertrand de Beaumont seigneur de Tercillat qui lui-même en fit hommage en 1750 ; La Seigneurie du Puy, vaste maison carrée à un kilomètre au nord-ouest de Tercillat, suivit dès lors les destinées de la terre de Tercillat et passa avec elles en 1816 dans la famille de Beaufranchet et leurs descendants, les barons de Wildemberg[1]. Tercillac, les terres du Puy, les métairies du Pontet et du Bois Huguet constituaient l'un des plus anciens et importants fiefs des Seigneurs de Sainte-Sévère et de l'Abbaye de Déols dans l'Indre près de Châteauroux[2] ; elles devinrent creusoises à la Révolution.

Agnès de Noblet fournit en 1736 un aveu détaillé du fief du Puy, au moment de la réunification par Jean de Noblet, et le décrit comme une « maison seigneuriale (…) en deux corps de logis renfermés dans une cour à l'entrée de laquelle se trouvait un portal et sur iceluy un collombier ». Le château du Puy, habité en 1816 par Claude Amable de Beaufranchet (futur propriétaire du château de Moisse en Creuse), jouxtant la monacale Abbaye de Prébenoit commune de Bétête, acquis au Baron Bernard de Wildemberg en 1976 chez Maître Louis, notaire à Sainte-Sévère par Charles Rousseaux, et ses dépendances - douze hectares de forêts, ruisseaux classés, étangs, coteaux, carrière de pierres naturelles, parc aux cerfs, ferme, cour de ferme médiévale, four à pain, colombier médiéval répertorié par la Drac de Limoges, potager, fourneau en maçonnerie du XVIIIe siècle à l'office, horloge révolutionnaire, bergerie avec outils d'autrefois, caves voûtées, viviers - est restauré et mis en scène par les cinq petits-enfants de la Comtesse de Maussion de Candé. Le Château du Puy et ses 3000 costumes, site labellisé est ouvert au public et aux écoles depuis 1989 .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Travaux d'Amédée Carriat, enseignant, écrivain, en retraite à Tercillat.
  2. Émile Chénon, Les Environs de Sainte-Sévère en Berry, 1888, réimpression en 1997 aux éditions Le Livre d'Histoire, collection « Monographies des villes et villages de France », 236 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :