Peucedanum cervaria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cervaria rivini)

Peucédan Herbe aux cerfs

fig. 2 Peucedanum cervaria
fig. 3 Feuille du bas de P. cervaria

Le Peucédan Herbe aux cerfs (Peucedanum cervaria[2]) est une espèce de plante de la famille des Apiaceae et du genre Peucedanum. La taxonomie du genre Peucedanum n’est pas complètement résolue[3], et certains botanistes classent cette espèce comme Cervaria rivini Gaertn.[4].

Étymologie et nomenclature[modifier | modifier le code]

Le nom de genre latin Peucedanum vient du grec πευκέδανον, peukédanon, de πεύκη, peukê (« pin ») pour des plantes ayant une odeur résineuse. L’épithète spécifique cervaria est le féminin singulier de cervarius « qui tient du cerf » [5].

La plante fut d’abord décrite par Linné en 1753 sous le nom de Selinum cervaria[6] (Species plantarum 2 :1194). En 1813, dans Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, Lapeyrouse, la renomme Peucedanum cervaria Lapeyr.[7] tout en reconnaissant que « Cusson les avaient placées parmi les Peucedanum » (avec P. oreoselinum).

Description[modifier | modifier le code]

Le Peucedanum cervaria fait de 50 cm à 1,50 m de haut à la floraison[8]. La tige en zigzag est robuste, striée et pleine.

En août, au moment de la floraison, les feuilles du bas de la tige sont tripennées, celles du milieu bipennées et celles du haut imparipennées. Sur le même motif de disposition fractale, une grande feuille du bas (de 40−50 cm de long) a ses premières divisions de forme bipennée, puis plus loin sur le rachis, elles sont simplement imparipennées et à l'extrémité se sont des folioles entières (voir photo fig. 3). Les différents motifs des feuilles sur la tige suivant l’âge sont les mêmes que ceux d’une division (penne) d’une feuille. Les feuilles sont décurrentes (l’insertion du pétiole sur la tige se prolonge par une membrane foliacée).

Les folioles sont glauques en dessous, triangulaires, raides, étalées et dentées. Les segments foliaires ultimes sont bordés de courtes dents spineuses[9].

Les fleurs sont blanches à rosées en ombelles de 15 à 30 rayons. Les involucres (à la base de l’ombelle) et les involucelles (à la base des ombellules) sont à folioles linéaires, réfléchies. Les fleurs épanouies sont dans un même plan horizontal. Elles comportent 5 pétales blancs et deux carpelles soudés.

Les fruits elliptiques de 4−9 mm, aux ailes épaisses, se scindent en deux à maturité (diakène).

Biologie[modifier | modifier le code]

Floraison d'août à octobre.

Habitats[modifier | modifier le code]

Espèce thermophile et basiphile notamment marnes[9], parfois éboulis calcaires: pelouses sèches, lisières forestières, éboulis, bords de route. Jusqu'à 1 800 m d'altitude. Étages collinéen et montagnard.

Répartition[modifier | modifier le code]

Europe médiane, Caucase.

France continentale : absente en Bretagne et dans le Nord-Ouest[10] et dispersée au Sud-Est d'une ligne Laon-Évreux-La Rochelle.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Athamanta cervaria (L.) L.
  • Cervaria rivini Gaertn.
  • Cervaria glauca Gaudin
  • Selinum cervaria L

etc.

Utilisations médicinales[modifier | modifier le code]

Utilisation culinaires[modifier | modifier le code]

  • Les racines auraient servi à aromatiser certains fromages en Suisse où elles sont aussi utilisées comme condiment, ainsi qu'en Russie et en Suède (gingembre suédois).
  • Les feuilles se consomment cuites et elles ont un goût prononcé proche de l'angélique. En Autriche, les feuilles servent aussi à conserver la viande séchée.
  • Les tiges peuvent être mangées crues en petite quantité et elles peuvent être confites dans le sucre comme l'angélique[12]

Album[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IPNI. International Plant Names Index. Published on the Internet http://www.ipni.org, The Royal Botanic Gardens, Kew, Harvard University Herbaria & Libraries and Australian National Botanic Gardens., consulté le 1 août 2020
  2. (en) Référence The Plant List : Peucedanum cervaria (L.) Cusson ex Lapeyr.  (Source: KewGarden WCSP)
  3. Flora of China, « 91. Peucedanum Linnaeus, Sp. Pl. 1: 245. 1753. » (consulté le 7 août 2019)
  4. Référence INPN : Cervaria rivini Gaertn., 1788 (consulté le )
  5. F. Gaffiot, « Dictionnaire latin-français (1934) » (consulté le 7 août 2019)
  6. Carl von Linné, Lars Salvius, Species plantarum, Holmiae, (lire en ligne)
  7. Philippe baron Picot de Lapeyrouse, Histoire abrégée des plantes des Pyrénées, Bellegarrique, (lire en ligne)
  8. Tela Botanica, « Peucedanum cervaria Lap., description de Coste » (consulté le 7 août 2019)
  9. a et b Jean-Marc Tison, Bruno de Foucault, Société botanique de France, FLORA GALLICA, Flore de France, Biotope Édition, , 1196 p.
  10. « Répartition », sur telabotanica, (consulté le 28 novembre 2014)
  11. Edouard Adolphe Duchesne, Répertoire des plantes utiles et des plantes vénéneuses du globe, Renouard, (lire en ligne)
  12. a et b François Couplan, Le régal végétal : plantes sauvages comestibles, Paris, Editions Ellebore, , 527 p. (ISBN 978-2-86985-184-9, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :