Centenier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bureau des Centeniers, Saint-Brélade

« Centenier » est un nom qui a été attribué à plusieurs charges administratives et est toujours usité dans les îles Anglo-Normandes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Îles Anglo-Normandes[modifier | modifier le code]

Le centenier est une fonction élective du bailliage de Jersey. Les centeniers sont élus lors une élection publique dans leur paroisse. En plus du maintien de l’ordre, le centenier reste le seul officier autorisé à Jersey à inculper et soumettre les contrevenants à caution. Le centenier préside aux suivis des enquêtes de la paroisse et sert de procureur devant la Cour du Magistrat de Jersey.

Empire romain[modifier | modifier le code]

C'était le nom précédemment attribué aux centurions : "centuriones qui nunc centenarii dicuntur" (Végèce, fin du IVe siècle, cité dans le Gaffiot). Les princes byzantins les appelèrent les centarques.

Empire carolingien[modifier | modifier le code]

Dans l'Empire carolingien, les centeniers sont les adjoints du comte qui doivent rendre la justice dans des subdivisions du comté correspondant aux paroisses. Ils s'occupent des affaires les moins importantes.

Armée de François 1er[modifier | modifier le code]

Dans une légion, un centenier commande une centaine d'arquebusiers et piquiers. Titre et grade supprimés en 1558.

XVIe-XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les centeniers ne deviennent plus que des officiers de police subordonnés aux consuls, aux prévôts et aux maires.

1792[modifier | modifier le code]

On donna cette année-là le nom de centeniers à une levée extraordinaires de soldats formés en compagnie de cent hommes.

Premier Empire[modifier | modifier le code]

C'est le nom que portent les chefs de compagnies d'infirmiers sous l'Empire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.507 Document utilisé pour la rédaction de l’article