Péninsule de Cassandra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cassandra (péninsule))
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Grèce image illustrant la mer Méditerranée
Cet article est une ébauche concernant la Grèce et la mer Méditerranée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cassandre (homonymie).
Péninsule de Cassandra
Carte de la péninsule de Cassandra.
Carte de la péninsule de Cassandra.
Localisation
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
District régional Chalcidique
Coordonnées 40° 01′ 12″ Nord 23° 27′ 00″ Est / 40.02, 23.45
Golfes Thermaïque et Toronéen (mer Égée)

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Péninsule de Cassandra

La péninsule de Cassandra, en grec Χερσόνησος Κασσάνδρας, Chersónēsos Kassándras, est la péninsule la plus occidentale de la Chalcidique en Grèce.

Elle tire son nom de la cité antique de Cassandréia.

Géographie[modifier | modifier le code]

La péninsule de Cassandra est située entre le golfe Thermaïque à l'ouest et le golfe Toronéen à l'est. Ces deux golfes communiquent entre eux par le canal de Potidée, creusé dans l'Antiquité à travers l'isthme qui relie au nord la péninsule à la Chalcidique près de Potidée et Nea Potidea (en).

Son territoire est partagé depuis 2011 entre les dèmes de Cassandra (qui a absorbé le dème de Pallini (en)) et, pour une petite partie, Nea Propontida.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom antique de la péninsule de Cassandra est Παλλήνη / Pallênê. Elle abritait les cités antiques de Sané (en), Mendé (en), Scione, Therambos, Égé, Néapolis (en), Aphytis (en), la plupart colonies d'Érétrie. Au Ier siècle, Strabon[1] cite les cinq cités suivantes : Cassandréia (fondée par Cassandre de Macédoine sur le site de l'antique Potidée), Aphytis, Mendé, Scione et Sané.

Hérodote[2] mentionne que la Pallène portait auparavant le nom de Φλέγρα / Phlégra, le lieu de l'affrontement entre les dieux et les Géants[3].

Le militaire romain Polyen rapporte au IIe siècle que, selon lui, la péninsule prend le nom de Pallène (Παλλήνη / Pallênê) en raison des Nauprestides : des Pélléniens, habitants de la ville de Pellènè (en) (Πελλήνη / Pellênê) en Achaïe, en Grèce continentale, revenant de la guerre de Troie dans une navigation errante abordèrent la péninsule. Sur l'incitation de la sœur de Priam, Aithia, les captives troyennes des Grecs mirent le feu au navire. Désormais bloquées dans ce lieu et cherchant des ressources pour survivre, ils s'emparent de ce qui est devenu la ville de Scione[4]. Le mythographe Conon raconte une histoire similaire[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Strabon, Géographie, VII, Fragments, 30.
  2. Hérodote, Histoires, vii. 123.
  3. Pindare, Néméennes, i. 100, Isthmiques, vi. 48 ; Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, i. 6. § 1 ; Lycophron, 1408 ; Strabon, Géographie, vii. p. 330 ; Étienne de Byzance, Ethniques, s. v.
  4. Polyen, Stragèmes [lire en ligne] [(grc) Lire en ligne], VII, 47.
  5. Conon, Narrations [détail des éditions] [lire en ligne], 13.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :