Casimir Moisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Casimir Moisson (né le à Moustiers-Sainte-Marie[1], où il est mort en [2]) était un grand chef cuisinier et gastronome à Paris au XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1833, Casimir Moisson travailla à Paris au restaurant des Trois Frères Provençaux, célèbre par sa cuisine dirigée alors par Adolphe Dugléré, un des chefs les plus réputés du milieu du XIXe siècle.

À 26 ans, en 1859[3], il entrait comme chef à la Maison Dorée, sur les grands boulevards, où il eut pour adjoint un autre grand chef, Henri-Paul Pellaprat. Puis il repartit pour le Restaurant Champeaux[4]. Casimir Moisson n’a jamais écrit de livre de cuisine mais était réputé pour sa créativité[citation nécessaire].

Il a créé des plats célèbres comme la poularde à l'ambassadrice, la timbale Nantua, le caneton à l'orange, le poulet braisé financière[5] ou encore le tournedos Rossini, conçu spécialement pour le compositeur Rossini qui était un habitué[6] de sa cuisine.

Il était aussi renommé pour ses pâtés de gibier et de foie gras, ou ses pâtés de bécasse fourrés de foie gras et de truffes fraiches.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance à Moustiers-Sainte-Marie, n° 22, vue 391/567.
  2. Annonce de sa mort sur Gil Blas du 18 avril 1909.
  3. Le Petit Journal du Passé du 4 septembre 2005, par Jacques Kother, Le Guide des connaisseurs [1].
  4. «Gourmet's Guide to Europe», par Nathaniel Newnham-Davis, p. 34.
  5. Des fourchettes dans les étoiles : brève histoire de la gastronomie française, par Philippe Alexandre et Béatrix de L'Aulnoit [2]
  6. Selon le site restocours.net consulté le 1er décembre 2010.