Philippe Alexandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alexandre.
Philippe Alexandre
Philippe Alexandre à la foire du livre de Brive la Gaillarde en 2010.JPG

Philippe Alexandre à la foire du livre 2010 de Brive-la-Gaillarde.

Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Philippe Alexandre, né le dans le 8e arrondissement de Paris, est un journaliste et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Philippe Alexandre a collaboré successivement au journal Combat, puis à des hebdomadaires (Jours de France, Le Nouveau Candide, Le Figaro littéraire). Pendant de longues années (de 1969 à 1996), il a également été chroniqueur sur l'antenne de la radio RTL, où il intervenait chaque matin pour commenter l'actualité politique avec humour et un sens de la formule.

À la télévision, de 1989 à 1992, il a coanimé Le Débat (politique), sur TF1, avec Serge July et Michèle Cotta. Il poursuit sur France 3 avec Dimanche soir de Christine Ockrent, toujours accompagné par Serge July.

Prise de position[modifier | modifier le code]

Philippe Alexandre est connu pour être un grand critique de la femme politique Martine Aubry et est souvent jugé excessif. Pour preuve, parmi ses ouvrages ayant connu le plus de succès figurent La Dame des 35 heures (écrit en collaboration avec Béatrix de L'Aulnoit), pamphlet virulent contre Martine Aubry, comme il le dit lui-même[1], et Trop d'impôts tue l'emploi.

Publications[modifier | modifier le code]

Caricature humoristique[modifier | modifier le code]

Philippe Alexandre apparait dans les Guignols de l'info de Canal+, où sa marionnette figure aux côtés de celle de Serge July dans plusieurs parodies de l'émission politique Dimanche soir présentée par Christine Ockrent[1]. Dans la parodie, ils sont deux acolytes toujours partants pour boire une liqueur de poire et manger des « cahuètes », sous couvert de mener un débat politique (qui ressemble plus à une discussion de comptoir dans un bistro). Dans les différents sketches, ses phrases récurrentes sont : « Chuis d'accord avec Cherge ! » et « Allez, M'ame Krissine, fais péter une poire et des cahuètes ! »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]