Canadian Pacific Steamship Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (novembre 2011).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

La Canadian Pacific Steamship Company (CPSC) était une compagnie de navigation canadienne dont le siège était situé dans la Cité de Westminster, à Londres. Fondée en 1891 à partir d'une branche du Canadien Pacifique (CP), elle devient en 1971 la CP Ships Ltd..

En 2001, la compagnie est privatisée lorsqu'elle est séparée de Canadian Pacific Limited (en). Elle est incorporée à Saint-Jean (Nouveau-Brunswick), mais dirigée du Grand Londres. Ses 82 navires sont inscrits dans plusieurs pays tels le Royaume-Uni, les Bermudes, le Liberia et l'Allemagne. Leur principaux ports d'attache sont ceux de Montréal et de Vancouver. La plupart des membres d'équipage sont d'origine asiatique.

S'étant spécialisée dans le transport de conteneurs, l'entreprise est rachetée par Hapag-Lloyd à la fin de l'année 2005.

Historique[modifier | modifier le code]

Canadian Pacific Railway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Canadien Pacifique.

En 1884, le CP achète des navires pour compléter l'approvisionnement des chemins de fer des Grands Lacs. Avec le temps, le CP maintient plusieurs lignes de navigation :

Canadian Pacific Steamships[modifier | modifier le code]

Au début des années 1880, le CP approche le gouvernement britannique à Londres pour établir une ligne trans-Pacifique entre Vancouver et l'Orient[2]. En 1887, CP acquiert trois navires, le SS Abyssinia, le SS Parthia et le SS Batavia, sous l'initiative de Sir William Cornelius Van Horne[3]. La CP en commande trois autres, et les premiers de la série Empress entre en service au début de la décennie suivante[3].

En 1891, cette branche de la CP devient la Canadian Pacific Steamship Company (CPSC)[4]. La CPSC prend de l'expansion, l'émigration de l'Europe vers l'Amérique du Nord lui assurant un grand nombre de passagers. La compagnie offre également des croisières récréatives[5].

À la fin du XIXe siècle, la CPSC offre un service entre les ports de Vancouver en Colombie-Britannique et de Hong Kong, ainsi que des départs vers le Japon et la Chine et, plus tard, vers Manille aux Philippines et Honolulu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Smith, Joseph Russell. (1908). The Ocean Carrier: a History and Analysis of the Service and a Discussion of the Rates of Ocean Transportation, p. 186. sur Google Livres
  2. (en) "Canadian Railroad Interests; To Connect with Steamships to Japan," New York Times. November 28, 1884.
  3. a et b (en) "Pacific Air Routes Replace Ship Line; Canadian Company Abandons Pre-War Service of Fleet, Maps Overseas Flights," New York Times. April 10, 1949. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « nyt1949 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  4. (en)E. Mowbray Tate. (1986). Transpacific Steam: The Story of Steam Navigation from the Pacific Coast of North America to the Far East and the Antipodes, 1867–1941, p. 144.
  5. (en)E. Chambré Hardman Archive: CP Innovations.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Zeni, Forgotten Empress : the Empress of Ireland story, FrederictonToronto, « Goose Lane Editions », , 224 p. (ISBN 0-86492-248-5).
  • (en) George Musk, Canadian Pacific : the story of the famous shipping line, Toronto, « Holt, Rinehart and Winston of Canada », , 272 p. (ISBN 0039202917, OCLC 7540915).
  • (en) Stephen Snelling, The naval VCs, Stroud, « Sutton Publishing - The History Press », coll. « VCs of the First World War », , 280 p. (ISBN 0750913959, OCLC 59569324).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :