Célestin Gérard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérard.

Alexandre Célestin Amand Gérard[1], dit Célestin Gérard (né le 13 février 1821 à Monthureux-le-Sec et mort le 19 octobre 1885 à Vierzon) est un inventeur et industriel français, pionnier du machinisme agricole.

Buste de Célestin Gérard à Vierzon

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Fils d'agriculteurs, Célestin Gérard voit le jour en 1821 dans les Vosges. Il quitte la ferme paternelle pour faire son apprentissage de menuisier, puis entreprend son tour de France.

À son retour dans les Vosges, il se met à réparer des machines agricoles nouvelles dans la région et va réaliser sa première machine à battre pour l'offrir à son père.

  • 1848 : le 15 octobre, ouvre à Vierzon un atelier face à la gare. Il va ainsi aller battre à domicile et faire la démonstration de ses machines. Il est alors le premier entrepreneur de battage.
  • 1853 : il obtient une médaille de bronze au comice agricole de Vierzon pour une batteuse à manège, des tarares et des coupe-racines.
  • 1854 : il expose à Bourges sa première batteuse portative.
  • 1861 : il construit sa première locomobile pour remplacer le manège d’animaux (bœufs ou chevaux) et faire fonctionner ses batteuses. De nombreux modèles sans cesse améliorés se succèderont.
  • 1866 : il construit la première locomobile mobile.
  • 1868 : il rachète à la famille Mac Nab le château de Fay.
  • 1878 : il totalise 225 médailles d'or, 85 d'argent et de nombreux diplômes d’honneur. Lucien Arbel reprend les ateliers de Vierzon et fonde la Société Française de Matériel Agricole (SFMA). Elle devient en 1889 la Société Française de Matériel Agricole et Industriel (SFMAI), puis, plus couramment, la Société française de Vierzon (SFV).
  • 1885 : décès le 18 octobre au château de Fay ; il est inhumé au cimetière de Vierzon-Ville.

Machinisme agricole[modifier | modifier le code]

Il crée la Société française de Vierzon (SFV). En 1879, sans successeur, il vend son usine à Lucien Arbel qui créera la SFMAI, elle-même revendue à Case en 1959.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Vosges en ligne, acte de naissance 10NUM49964/4E 312/2, vue 4/20, acte 2, état civil de Monthureux-le-Sec.