C'est la mère Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel.

C'est la mère Michel ou Le Chat de la mère Michel est une chanson enfantine française. Cette chanson est déjà populaire dans les années 1820. L'air le plus ancien est attesté dès 1721[1].

Le père Lustucru pourrait être une allusion aux Lustucrus (habitants du Boulonnais en révolte contre les taxes, que Louis XIV avait fait massacrer), ou encore à l'expression « l'eusses-tu cru » (2e personne du singulier du verbe croire au conditionnel passé 2e forme).

Paroles[modifier | modifier le code]

Illustration de Louis-Maurice Boutet de Monvel dans l'album Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants[2]

Les paroles changent selon les différentes versions, mais le thème reste toujours le même.

C'est la mère Michel qui a perdu son chat,
Qui crie par la fenêtre à qui le lui rendra.
C'est le Père Lustucru,
Qui lui a répondu :
Allez la mère Michel vot' chat n'est pas perdu

Refrain

Sur l'air du tra la la la
Sur l'air du tra la la la
Sur l'air du tra déridéra et tra la la

C'est la mère Michel qui lui a demandé :
Mon chat n'est pas perdu, vous l'avez donc trouvé ?
C'est le Père Lustucru,
Qui lui a répondu :
Donnez une récompense, il vous sera rendu.
(Refrain)

Et la mère Michel lui dit : c'est décidé,
Si vous m'rendez mon chat vous aurez un baiser !
Et le Père Lustucru,
Qui n'en a pas voulu,
Dit à la mère Michel : vot' chat il est vendu[3].
(Refrain)

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb. Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Musique[modifier | modifier le code]

Il existe principalement deux mélodies, avec des variantes. La plus ancienne est un timbre de la foire, un vaudeville, qui porte divers noms[4] comme « Grand duc de Savoie, à quoi penses-tu » ou « Ah ! si vous aviez vu Monsieur de Catinat »[5], qui servait à chanter les louanges du maréchal Nicolas de Catinat, au XVIIe siècle[6].

La mélodie traditionnelle associée aujourd'hui à cette chanson est la suivante:


\relative a' {
    \clef treble
    \key a \major
    \time 2/4
\set Score.tempoHideNote = ##t \tempo 4 = 120
  a8. a16 a8 a | a e a b | cis4 b | a4. a8 |
  gis8. fis16 gis8 a | b cis b a | gis4 fis | e4. e8 |
  b' b b cis | d4. d8 | cis a e' cis | b4. b8 |
  d d d d | cis e cis a | b4 e | a,8 \breathe a a gis |
  fis4 fis8. fis16 | fis8 gis a b | e,4 e8. e16 | e4. e8 |
  a4 cis | e8 d cis b | a e' e e | a,2 \bar "|."
}
\addlyrics { C'est la mèr' Mi -- chel qui a per -- du son chat,
             qui crie par la fe -- nêtr' à qui le lui ren -- dra.
             C'est le Pèr', Lus -- tu -- cru
             qui lui a ré -- pon -- du:
             Al -- lez la mèr' Mi -- chel vot' chat n'est pas per -- du!
             Sur l'air du tra la la la,
             sur l'air du tra la la la,
             sur l'air du tra dé -- ri -- dé -- ra et tra la la.
}

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Sage & d’Orneval, Le theatre de la foire, ou L'opera comique, tome III, Paris, Etienne Gannot, (lire en ligne), Air n° 178
  2. Louis-Maurice Boutet de Monvel, illustrations, Charles-Marie Widor, harmonisation, Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants, Paris, Librairie Plon, (lire en ligne), page 45
  3. Ou: Lui dit : pour un lapin, votre chat est vendu.
  4. Henri Davenson (pseudonyme de Henri-Irénée Marrou), Le Livre des chansons, Neuchâtel, La Baconnière,
  5. Pierre Alphonse Capelle, La clé du Caveau, Paris, Capelle et Ranand, , n°22 p. (lire en ligne)
  6. Premier livre des chansons de France Roland Sabatier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]