Bruno Pontecorvo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Bruno Pontecorvo
Bruno Pontecorvo 1950s3.jpg

Bruno Pontecorvo

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
DoubnaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Frères
Guido Pontecorvo (en)
Gillo PontecorvoVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Académie russe des sciences, Académie des sciences d'URSS (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
A participé à
Distinctions

Bruno Pontecorvo (russe : Бру́но Макси́мович Понтеко́рво, Brouno Maksimovitch Pontekorvo), né le à Marina di Pisa (Italie) et mort le à Dubna (Russie), est un physicien connu pour ses recherches théoriques sur le neutrino, et notamment la prédiction de l'oscillation de neutrinos. Il aurait également été un agent soviétique, et a rejoint l'URSS en 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève d'Enrico Fermi à l'université de Rome « La Sapienza » de 1934 à 1936, et membre des Garçons de la rue Panisperna, Pontecorvo rejoint Frédéric Joliot-Curie et Irène Joliot-Curie à Paris en 1936[1].

Ne pouvant retourner en Italie du fait de ses origines juives à cause des lois discriminantes à l'égard des Juifs instaurées par le régime mussolinien, il quitte Paris au début de l'Occupation allemande pour rejoindre l'Espagne, puis les États-Unis, où il travaille pour une compagnie pétrolière avant d'intégrer le laboratoire de Montréal en 1943, où il étudie la faisabilité d'un réacteur nucléaire qui emploierait de l'uranium naturel comme combustible et de l'eau lourde comme modérateur[2].

Il reçoit la nationalité britannique en 1948, et intègre l'Établissement de recherche atomique d'Harwell avant d'obtenir une chaire de physique à l'université de Liverpool en 1951.

Le , il rejoint l'URSS en famille depuis Rome où il passait ses vacances. Il intègre l'Institut unifié de recherches nucléaires de Doubna où il meurt après avoir affronté la maladie de Parkinson pendant près de dix ans. Sa tombe est aujourd'hui au Cimitero Acattolico (en) de Rome et porte la mention [3].

Il est le frère du réalisateur Gillo Pontecorvo.

Travaux[modifier | modifier le code]

Pontecorvo est essentiellement connu pour ses recherches sur le neutrino, effectuées pendant la période où il vit en URSS.

En 1957, il suggère que le neutrino pourrait se transformer en son antiparticule, et vice versa, sur le modèle de l'oscillation des kaons neutres. C'est le premier postulat du mécanisme d'oscillation des neutrinos, alors que seul est connu le neutrino électronique. Cette hypothèse sera retravaillée en 1962 par Maki et al. à partir de l'hypothèse (vérifiée quelques jours après la publication de l'article) de l'existence d'une seconde saveur de neutrino, puis étendue aux trois saveurs. À titre d'hommage, le nom de Pontecorvo est souvent associé à la matrice PMNS qui décrit l'oscillation entre les trois saveurs de neutrinos.

En 1967, il prédit un déficit sur Terre des neutrinos électroniques issus du Soleil, à cause des oscillations de neutrinos. Ce déficit sera observé dès l'année suivante, et attribué sans ambiguïté à ce mécanisme en 2001 par l'observatoire de neutrinos de Sudbury.

En 1967 également, il propose l'existence d'un neutrino stérile insensible aux interactions du modèle standard de la physique des particules.

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

Pontecorvo reçoit le Prix Staline en 1953. Il est fait membre de l'Académie des sciences d'URSS en 1958, et reçoit par deux fois l'Ordre de Lénine. L'institut unifié de recherches nucléaires décerne chaque année le prix Bruno Pontecorvo à un scientifique ayant fait avancer la recherche dans le domaine des neutrinos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dyson Freeman, « Scientist, Spy, Genius: Who Was Bruno Pontecorvo? », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne)
  2. https://www.cns-snc.ca/media/history/early_years/earlyyears_fr.html
  3. Alvaro de Alvariis, 1993 2009 Bruno Pontecorvo sur Flickr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ubaldo Dore et Lucia Zanello, « Bruno Pontecorvo and neutrino physics », arXiv,‎ =2010, p. 1-47 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]