Bruce Reynolds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reynolds.
Bruce Reynolds
Ronnie-Biggs-celebrates-70th-birthday-1999.jpg
Ronnie Biggs (à gauche), Bruce Reynolds (à droite) et leurs fils respectifs.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Charing Cross Hospital (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
CroydonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Enfant
Nick Reynolds (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Condamné pour
Vol, voie de fait (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Highgate Cemetery - East - Bruce Reynolds 02.jpg
Vue de la sépulture.

Bruce Reynolds, né le à The Strand à Londres et mort le dans le district londonien de Croydon, est un criminel britannique, connu pour avoir été le cerveau de l'attaque du train postal Glasgow-Londres.

Le « coup du siècle »[modifier | modifier le code]

D'un père ouvrier syndicaliste chez Ford, Thomas Richard, et d'une mère infirmière Dorothy Margaret, il perd cette dernière en 1935 et son père se remarie. Il doit déménager à Gants Hill (en) dans la banlieue de Londres. S'entendant mal avec son père et sa belle-mère, il se réfugie souvent chez sa grand-mère. Rêvant d'un grand destin dans un pays touché par la Grande Dépression, il échoue dans les études par paresse et quitte l'école à quatorze ans et demi. Après avoir fait des petits boulots, il commence à réaliser de petits vols, ce qui lui vaut de connaître la prison. De sortie de prison, il monte alors des opérations de braquage plus importantes, ce qui lui vaut d'être surnommé « le colonel » car il est souvent habillé dans cet uniforme de l'armée anglaise lors de ces opérations. Il a alors comme couverture une boutique d'antiquaire[1]. De retour en prison, il y rencontre Ronnie Biggs, passionné de train et réputé pour porter chance. Reynolds lui évoque son projet d'attaque et le met dans le coup[2].

Le butin de ce « coup du siècle » était constitué de 128 sacs remplis de billets de banque d'une valeur totale de 2,631 millions £ (ce qui représente 65 millions d'euros en 2012[1]).

Alors que la plupart des membres du gang sont arrêtés, il s'enfuit avec sa femme et son fils, Nick, pendant 5 ans, notamment au Mexique et au Canada. Nostalgique, il tente de retourner vivre incognito en Angleterre, mais est arrêté et écope de 25 ans de prison. Libéré après 10 ans de détention, il écrit ses mémoires et est notamment consultant pour un film policier anglais, Gangster No. 1. Il meurt, dans son sommeil, le (à 81 ans).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carl-Ludwig Rettinger, documentaire « Le casse du siècle », Arte, 2013
  2. Jacques Pradel, « Le casse du train postal Glasgow-Londres », émission L'heure du crime sur RTL, 13 mars 2013