Braque Saint-Germain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Braque Saint-Germain
Braque Saint-Germain
Braque Saint-Germain
Région d’origine
Région Drapeau de la France France
Caractéristiques
Silhouette Braque médioligne
Taille 56 à 62 cm (M), 54 à 59 cm (F).
Poil Court et pas trop fin.
Robe Blanc mat avec des taches orange (fauve).
Tête Lignes cranio-faciales parallèles ou très légèrement divergentes, stop moyennement accusé.
Yeux Bien ouverts, assez grands, de couleur jaune d’or.
Oreilles Attachées au niveau de la ligne de l'œil, pas très longues.
Queue Attachée assez bas, de petite taille et portée horizontalement.
Caractère Sociable, équilibré, affectueux.
Autre
Utilisation Chien de chasse
Nomenclature FCI
  • groupe 7
    • section 1
      • no 115

Le braque Saint-Germain est une race de chiens originaire de France. Il s'agit d'un braque à la robe blanche mouchetée d'orange et la seule race de braque dont la queue n'est jamais écourtée. Développée comme chien d'arrêt, demi-sang du pointer, c'est une race très populaire au XIXe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

Braque Saint-Germain en 1915.

La race est créé dans les chenils royaux de la forêt de Compiègne au cours des années 1830 à partir d’un croisement entre pointers importés d’Angleterre et braques français. Jean Charles Nicolas de Larminat est à l'origine de ce croisement. Le braque Saint-Germain était très utilisé par Charles X[1].

La naissance de la race date de Charles X. Celui-ci, grand chasseur, avait chargé son premier veneur d'acquérir un couple de pointers anglais, appelés "Miss" et "Stop". À la chute du roi, les chiens furent confiés à Nicolas, baron de Larminat, inspecteur des forêts de Compiègne. Stop meurt peu après. Larminat fait saillir Miss par un épagneul allemand, mais n'est pas convaincu par la portée. Le baron fait un nouvel essai en faisant reproduire Miss par un braque français[2] appelé "Zamore", blanc et marron. En naquirent sept[2] chiots à robe blanche et orange, aux muqueuses roses, alors que Miss, de robe blanche et orange avait les muqueuses et le palais noirs.

Lorsque le chenil de Compiègne est transféré en forêt de Saint-Germain-en-Laye, la race prend définitivement le nom de Braque Saint-Germain[1].

La race est populaire jusqu’au début du XXe siècle. C'est le chien d’arrêt le plus représenté lors des premières expositions canines et lors de la première exposition française à Paris en 1863. Le club de race est créé en mars 1913[3].

Standard[modifier | modifier le code]

Portrait d'un braque Saint-Germain.

Le braque Saint-Germain est un braque médioligne, d'aspect puissant et élégant. L’ossature est assez forte, la musculature adaptée à un travail exigeant de l’endurance. Le fouet ne doit pas être écourté et est porté horizontalement en action. Les lignes cranio-faciales sont parallèles ou très légèrement divergentes. Le stop est moins accusé que chez le pointer. L'oreille ne doit pas être collée à la tête et fait un angle avant de tomber. L’œil est jaune d’or, bien enchâssé dans l'orbite ; l’expression douce et franche[3].

La robe est de couleur fauve et blanc, sans présence de noir. L'oreille est de couleur fauve. Les babines, la truffe, les muqueuses, le palais doivent être impérativement roses ou orange clair (toute trace noire est éliminatoire dans la race)[3].

Caractère[modifier | modifier le code]

Le braque Saint-Germain est décrit dans le standard FCI comme un chien très sociable, équilibré, affectueux. Très facile à dresser, il ne supporte pas d'être dressé avec brutalité. Très proche de l’homme, il apprécie la vie de famille[3]. C’est un chien sans problème, docile, très attaché à son maître, qu’il faut conduire avec douceur. Il supporte bien la chaleur. Il supportera la vie en ville à condition d'être régulièrement promené[1].

Utilité[modifier | modifier le code]

Le braque Saint-Germain est un chien d'arrêt qui a une belle quête étendue, un nez sûr et qui rapporte naturellement. Il chasse sur tous les terrains avec passion. Il est spécialisé dans le faisan, le perdreau, la bécasse.

Élevage[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

L'alimentation doit être constituée de céréales, de légumes, de viande de bœuf, de poisson et d’un peu d’huile de maïs. Les aliments industriels conviennent au braque Saint Germain[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source : Article du dresseur J. Dhers dans le chasseur français, avril 1932.

  1. a, b, c et d « Braque Saint-Germain », sur http://www.scc.asso.fr, Société centrale canine (consulté le 5 janvier 2018)
  2. a et b Isabelle Collin, Marie-Paule Daniels-Moulin, Florence Desachy, Claire Dupuis, Giovanni Falsina et Valetta Rossi, L'encyclopédie mondiale des chiens, De Vecchi, (ISBN 978-2-7328-9223-8)
  3. a, b, c et d « Standard FCI N°115 », sur http://www.fci.be, Fédération cynologique internationale, (consulté le 10 décembre 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]