Blaž Arnič

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blaž Arnič
Description de cette image, également commentée ci-après

Blaž Arnič, dans les années 1930

Naissance
Luče, Basse-Styrie, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès (à 69 ans)
Ljubljana, Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Activité principale Compositeur
Maîtres Rudolf Nilius

Blaž Arnič (né le à Luče, Basse-Styrie – mort le à Ljubljana) est un compositeur slovène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Luče, en Basse-Styrie, alors en Autriche-Hongrie, Arnič a grandi dans une ferme isolée près du mont Raduha dans les Alpes kamniques. Il a appris seul à jouer de l'accordéon et, à l'âge de 19 ans, est allé à Ljubljana pour étudier la musique [1].

Arnič a étudié la composition au Conservatoire de Ljubljana (en), et plus tard (1930-1932) au Nouveau Conservatoire de Vienne (en), sous la tutelle du professeur Rudolf Nilius, puis s'est perfectionné pour la composition à Varsovie, Cracovie [1] et Paris (1938-1939). Il a enseigné la musique à Bol, sur l'île de Brač, en Croatie (1934-1935), et à Ljubljana, en Yougoslavie (1940-1943).

En 1943, Arnič a été arrêté pour ses opinions politiques, e il a été déportét en 1944 au camp de concentration de Dachau. Après la Seconde Guerre mondiale, il a été nommé professeur titulaire de composition à l'Académie de musique de Ljubljana où il a enseigné jusqu'à sa mort survenue dans un accident de voiture.

Arnič a écrit des pièces chorales, des lieder, des pièces de piano et de musique de chambre et même de la musique de film, mais il est surtout connu pour ses neuf symphonies. La Société canadienne des auteurs slovènes le considère comme l'un des grands maîtres slovènes symphoniques du XXe siècle, « dont le langage musical est profondément liée à l'esprit de la terre natale » [2]. Sa musique a été comparée à celle de Bruckner et décrite comme « néo-romantique réaliste ». Arnič a développé un langage à partir d'une base néo-romantique, mais en évitant les dissonances des expressionnistes.

Le premier film dont Arnič a écrit la musique était Partizanske bolnice v Sloveniji en 1948, un documentaire sur une infirmerie de partisans[3]. En 1955, Milan Kumar de Triglav Film a réalisé un film intitulé Ples čarovnic [4],[5] mettant en scène la ballerine Stanislava Brezovar qui dansait sur le poème symphonique d'Arnič du même nom.

En 2001, la Slovénie a publié un timbre-poste en son honneur [6].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Piano Trio (1929)
  • Overture to a Comic Opera pour orchestre symphonique (1932)
  • Symphonie no 3Duma pour orchestre, basse et chœur mixte (1933)
  • Symphonie no 6Samorastnik pour orchestre (1950)
  • Ples čarovnic (The Dance of the Witches), poème symphonique (1936)
  • Pesem planin (Song of the Highlands), poème symphonique (1940)
  • Gozdovi pojejo (The Forests Sing), poème symphonique (1945)
  • Divja jaga (Wild Chase), poème symphonique (1958–1965)
  • Poème symphonique pastoral, pour violoncelle et orchestre (1960)
  • Concerto pour alto et orchestre, op. 75 (1967)
  • Concerto pour violon et orchestre no 3 (1969)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Novak, Branko, « Blaž Arnic: Compositeur slovène »,‎ (consulté en février 2012)
  2. TCR Sojar Voglar, Skladateljske sledi po Letu 1900 (Traces de compositeurs à partir de 1900), Ljubljana, La Société des auteurs slovènes, Društvo slovenskih skladateljev,‎ (lire en ligne)
  3. « Partizanske bolnice v Sloveniji », Slovenian Film Fund (Zbirka slovenskega filma)
  4. (en) Ples carovnic sur l’Internet Movie Database;
  5. « Ples čarovnic (danse des sorcières) », Fonds slovène pour le cinéma (Zbirka slovenskega filma) Mars 2007
  6. « 2001 Timbres: Art - Blaž Arnic », Pošta Slovenije (Slovénie Septembre 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]