Bijoux celtes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Torque gaulois en bronze.


Depuis la Préhistoire (au Chalcolithique) la fabrication des bijoux a tenu une place importante dans l'artisanat, et les Celtes y ont excellé[1].

Ils aiment la parure[1], se peignent le corps, se décolorent les cheveux.

Techniques et matériaux[modifier | modifier le code]

Ils développèrent divers techniques d'orfèvrerie[1] encore utilisées :

ciselure, estampage, gravure, poinçonné, découpage à jour, repoussé, cire à forme perdue, émaux.

Thèmes décoratifs[modifier | modifier le code]

Animaux, motifs géométriques[2] seront les sources d'inspirations et ces habiles artisans donneront toujours un sens spirituel à leurs représentations.

Le triskel est largement utilisé dans l'ornementation. Il symbolise les trois principaux dieux celtes : Lug, Dagda et Ogme[1] ; il symbolise également la conception tripartite de la société et de l'individu gaulois : dimension spirituelle, fonction guerrière et fonction productrice.

Le cheval représente la populaire Épona, protectrice de la nature, elle assure l'abondance à qui traite bien son cheval et son chien[1].

L'oiseau : messager entre le ciel et la terre aura une forte charge spirituelle.

Le serpent quant à lui rampe sur et sous terre, séjours des divinités chtoniques.

Le cerf, le sanglier font encore partie de l'iconographie celtique.

Quant aux entrelacs et aux "clous" on les retrouvera jusqu'à la période chrétienne en Irlande et en Bretagne.



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (fr) « Les Bijoux celtiques : qu'est-ce que c'est ? », sur www.web-libre.org (consulté en 26 octobre2010)
  2. (fr) « Un regard aux divers modèles du dessin-modèle celtique », sur www.etoxtr.com (consulté en 26 octobre2010)