Bernard Amy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernard Amy
Description de cette image, également commentée ci-après

Bernard Amy, en février 2016.

Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 1940,
Beyrouth
Carrière
Discipline(s) alpinisme
Plus haut sommet Tirich Ouest III (environ 7 400 m)
Autre(s) activité(s) littérature d'alpinisme, recherche scientifique

Bernard Amy, né à Beyrouth en 1940[1], est un alpiniste, écrivain et chercheur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aussi bon glaciériste que rochassier[1], après des débuts d'alpiniste dans les Alpes, Bernard Amy a vite manifesté son goût pour les expéditions et les montagnes lointaines. Ingénieur[1] et chercheur en sciences cognitives[2], Bernard Amy est également écrivain de littérature montagnarde et journaliste. Il est cofondateur de la revue Passage[3] et a été membre du comité de publication de la revue du club alpin français La montagne & alpinisme[1]. Bernard Amy est membre fondateur de Mountain Wilderness France dont il fut président avant d'être président d'honneur[2]. Il est membre du GHM[4].

Principales ascensions et expéditions[modifier | modifier le code]

En 1968, Bernard Amy participe à l'expédition des grimpeurs marseillais sur le pilier Est du Fitz Roy en Patagonie avant d'aller dans l'Atlas marocain. En 1969, il monte une expédition pour explorer les montagnes du kurdistan et le massif du Cilo Dag[5]. Puis il part en Amérique, au Pérou d'abord puis en Amérique du Nord où réalise avec Patrick Cordier et Joël Coqueugniot la seconde ascension de la Tour de la fleur de lotus dans les Logan Mountains et participe avec Patrick Cordier à la première ascension du Rooster Comb (crête du Coq) dans le massif du McKinley[1],[6]. Ses voyages le mènent en Himalaya où il participe à une expédition au Gurja Himal (massif du Dhaulagiri) puis il retourne au Pérou en 1973 faire une tentative à l'arête Est du Huantsan[1]. Il fréquente également le Hoggar avant de de mener en 1974 une expédition dans l'Hindou Kouch au Pakistan qui lui permet d'atteindre le sommet du Tirich Ouest III[1]. En 1975, il réalise au Groenland la première ascension de la face sud directe du mont Kétil[1].

En France, Bernard Amy a ouvert plusieurs voies d'escalade, notamment sur les falaises de Presles[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Montagne[modifier | modifier le code]

Sciences[modifier | modifier le code]

  • Avec Erik Decamp, Neurocalcul et réseaux d'automates – Le point sur les recherches et les applications, EC2, 1988 (ISBN 2906899100)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Grande encyclopédie de la montagne, éditions Atlas, Paris, 1977, t. 1 p. 178 (article Bernard Amy)
  2. a et b Mountain Wilderness France, Bernard Amy, le Garant voyageur sur mountainwilderness.fr
  3. a et b Philippe Brass, Les plus belles voies de Presles, éditions Oros, 2005 (ISBN 2-9100-6011-X) p. 27
  4. Annuaire du GHM (consulté le 27 janvier 2016)
  5. Bernard Amy, La montagne des autres – Alpinisme en pays Kurde, Arthaud, 1972
  6. Grande encyclopédie de la montagne, éditions Atlas, Paris, 1977, t. 3 p. 717 (article Patrick Cordier)