Barrage de Nourek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barrage hydroélectrique de Nourek
Image illustrative de l’article Barrage de Nourek
Administration
Pays Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan
Géographie
Coordonnées 38° 22′ 01″ nord, 69° 21′ 00″ est
Superficie 98 km2
Volume 10,5 km3
Hydrographie
Alimentation Vakhch

Géolocalisation sur la carte : Tadjikistan

(Voir situation sur carte : Tadjikistan)
Barrage hydroélectrique de Nourek

Le barrage de Nourek (en tadjik : Нерӯгоҳи обии Норак - Nerūgohi obii Norak), au Tadjikistan, est un grand barrage en remblais édifié sur la rivière Vakhch. Il est situé au centre du pays, dans la province de Khatlon.

Avec ses 304 mètres de hauteur, c'était jusqu'en 2012 le plus haut barrage au monde. Depuis, le barrage de Jinping I en Chine le détrône d'un mètre. Le barrage de Rogoun, également sur le Vakhch, devant entrer en production fin 2018 devrait cependant dépasser la hauteur de celui de Nourek, puisqu'il est prévu qu'il atteigne une hauteur de 335 mètres[1].

Construction[modifier | modifier le code]

Sa construction débuta en 1961 et s'acheva en 1980, à l'époque soviétique. Au centre du barrage fait de terre et de rochers, se trouve une construction en béton formant une barrière imperméable. Son volume est de 54 millions de m3

mises en service entre 1972 et 1979.

Le barrage a une longueur de seulement 700 m au niveau de son couronnement. Il est construit dans un défilé étroit et profond où coule le Vakhch, à quelque 55 km à vol d'oiseau à l'est-sud-est de la capitale du pays, Douchanbé.

Une ville, également appelée Nourek, située près du barrage, héberge les ingénieurs et autres travailleurs employés à la centrale électrique associée au barrage.

Génération d'électricité[modifier | modifier le code]

Neuf unités hydroélectriques sont installées à la centrale de Nourek, mises en service entre 1972 et 1979. Au départ, chacune de ces turbines avait une capacité de 335 mégawatts (soit un total de 2,7 gigawatts), mais elles ont été transformées pour développer ensemble une puissance de 3,0 gigawatts. En 1994, la centrale représentait ainsi la plus grosse partie de la puissance hydroélectrique totale installée dans le pays qui se montait à 4,0 gigawatts, puissance suffisante pour produire 98 % des besoins du pays en électricité.

Une grande partie de la production électrique du barrage est consommée par l'industrie de l'aluminium installée à Tursunzoda[2].

Le réservoir[modifier | modifier le code]

Lac de barrage de Nourek.

Le lac-réservoir formé par le barrage de Nourek est le plus important réservoir du pays avec une capacité de 10,5 km3 (soit 10,5 milliards de tonnes métriques). Le lac s'étend sur 70 km en amont du barrage et a une surface de 98 km2. Le réservoir alimente la centrale hydroélectrique située à l'intérieur du barrage et sert aussi pour l'irrigation des terres agricoles des environs.

L'eau destinée à l'irrigation est transférée 14 km plus loin grâce au tunnel d'irrigation de Dangara, qui permet d'irriguer 70 000 ha de terres agricoles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « EN IMAGES. Top 10 des barrages les plus impressionnants à travers le monde », sur L'Express, (consulté le 8 février 2015)
  2. Régis Genté, « Un grand barrage pour une petite nation : Le Tadjikistan, château d’eau de l’Asie centrale », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)