Béret bleu cobalt de l'aviation légère de l'Armée de terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Béret bleu.

Le béret de l'aviation légère de l'Armée de terre constitue le principal symbole fédérateur de l'ALAT.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1954, le commandement de l'ALAT, qui n'est pas encore une arme, prescrit une coiffure d'un bleu se rapprochant de celui de la RAF. Par défaut de moyens, il ne fut jamais livré ; dès la même année 1954, afin de fédérer les troupes, des bérets bleus du type utilisés alors par une partie des TAP ("Troupes AéroPortées") furent distribués aux formations utilisant des hélicoptères.

Auparavant, celles-ci étaient équipées de coiffures disparates, suivant l'arme d'appartenance des conscrits. À la fin de la guerre d'Indochine, les équipages d'hélicoptères gardent des tenues disparates. En Algérie, les personnels des pelotons des 10e et 25e Division Parachutiste portaient le béret amarante. Il faudra attendre 1957, par une décision du secrétariat d'État à la défense, pour voir le béret bleu attribué à l'Aviation légère de l'Armée de terre.

Les troupes ont choisis et adoptés des bérets délaissés par les parachutistes métropolitains. Antérieurement, ce béret bleu roi ou cobalt était porté par les troupes parachutistes en métropole tandis le béret rouge était arboré par celles des parachutistes du 2e RCP. Le général de Lattre étendit le port du béret rouge à pratiquement toutes les unités parachutistes servant en Indochine. Celles de la Légion gardent le béret vert. L'adoption du béret rouge fut étendue aux parachutistes métropolitains en septembre 1957 : depuis lors, le béret bleu roi reconnaît les troupes de l'ALAT.

Les insignes de béret de l' ALAT et des TAP ont été les premiers a être homologués[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]


Article connexe[modifier | modifier le code]