Ayapaneco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ayapaneco
Nuumte Oote
Pays Mexique
Région Tabasco
Nombre de locuteurs 12-15 [1],[2],[3]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 zoq
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
Glottolog taba1264

L’ayapaneco (autonyme Nnumte Oote, « la vraie langue »[1]) est une langue indigène mexicaine en voie de disparition de la famille mixe-zoque. Les noms alternatifs de la langue sont « zoque du Tabasco » et « zoque d’Ayapa »[4]. La langue est parlée principalement dans l'État de Tabasco, situé au sud est du Mexique[5].

Derniers locuteurs[modifier | modifier le code]

L'ayapaneco est devenu pour de mauvaises raisons mondialement connu. Une information mal vérifiée en 2006, a répandu une histoire selon laquelle les deux derniers locuteurs de la langue seraient brouillés, refusant de se parler et provoquant ainsi la fin irrémédiable de la langue[6],[7]. Cette histoire a été largement et régulièrement reprise dans les médias autour de la planète, jusqu'à être utilisée par une compagnie téléphonique dans une campagne publicitaire.

En réalité, quatre locuteurs sont encore vivants et il existe six à huit semi-locuteurs selon Daniel Suslak[8], un anthropologue de l'Université de l'Indiana qui a travaillé sur la langue. Ces quatre locuteurs, dont les deux hommes prétendument irréconciliables, travaillent sous l'égide de l'INALI, l'Institut national des langues indigènes, à développer un programme de revitalisation de la langue et depuis 2013, se tient un festival annuel de la langue à Ayapa[1]. Une thèse est en cours de rédaction à l'Institut National des Langues et Civilisations depuis le 2013[9] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Daniel Suslak, Who Can Save Ayapaneco? How Vodafone Exploited an Endangered Language to Build its Brand, Schwa-fire.com.
  • (en)(Daniel Suslak (2011), Ayapan Echoes: Linguistic Persistence and Loss in Tabasco, Mexico. American Anthropologist, 113: 569–581. doi: 10.1111/j.1548-1433.2011.01370.x
  • (FR) Jhonnatan Rangel (2017), Les derniers locuteurs: au croisement des typologies des locuteurs LED. Histoire Epistemologie Langage, 39 (1): 107-133. doi: 10.105/hel/2017390106
  • (en) Jhonnatan Rangel, How many speakers of Ayapa Zoque? in Where's the last speaker? (ISSN 2494-2073),19/05/2016, https://wils.hypotheses.org/351