Austra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Austra
Description de cette image, également commentée ci-après
Katie Stelmanis à Toronto, le .
Informations générales
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Genre musical Synthpop, dark wave, new wave, dream pop
Instruments Synthétiseurs, batterie, guitare
Années actives Depuis 2007
Labels Domino Records
Influences Classique, CocoRosie, Kate Bush, Björk[1],[2]
Site officiel www.austramusic.com
Composition du groupe
Membres Katie Stelmanis
Maya Postepski
Dorian Wolf
Anciens membres Romy Lightman
Sari Lightman

Austra est un groupe de musique électronique canadien, originaire de Toronto, en Ontario. Animé par Katie Stelmanis, le style musical du groupe est un mélange d'électropop et de musique psychélique. Austra se voit comme un groupe de « pop électronico-dramatique »[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

« Austra » est la déesse de la lumière dans la mythologie lituanienne et le second prénom de Katie Stelmanis[4].

Lorsqu'elle a une dizaine d'années, la chanteuse du groupe, Katie Stelmanis, fille d’un père italien et d’une mère moitié lettonne, moitié anglaise[5] , suit des cours de piano et s'inscrit au Chœur d'Enfants de l'Opéra canadien[3], surprenant ses parents fans de Frank Zappa et de Bob Dylan par cette passion pour la musique classique[6].

Elle ne commence à s'intéresser à la musique rock que vers l'âge de 18 ans. Inspirée par Radiohead, Björk, Nine Inch Nails… Katie Stelmanis compose ses propres chansons en MIDI : elle se lance dans ses compositions à la faveur de son coming out. Se proclamant « lesbienne dans une bande gay », elle indique faire de la « queer music. Comme Gossip, Hercules and Love Affair, The xx ou Tegan and Sara »[7]. En groupe ou en solo, elle se fraye son chemin dans le punk rock, puis dans le gospel mâtiné de folk rock, avant de se lancer dans l'electropop[7]. Son premier album, Feel It Break, est salué par la critique. Le Toronto Star, mais aussi le magazine New York, le classent dans les bonnes surprises de l'année 2011[8],[9]. Pour jouer en concert, elle réunit autour d'elle une équipe[6].

Olympia, nouvel album paru en 2013[10], « tout en tension et en variations », s'ouvre à des sons plus diversifiés. Il est enregistré sur de « vrais instruments » et est un travail collectif, avec toujours la voix de Katie Stelmanis comme fil conducteur[6]. L'album se veut donc plus « organique » et la qualité sonore d'Olympia est attribuée à un nouveau mode d'enregistrement, comme l'explique Katie Stelmanis: « Pour cet album, nous voulions nous assurer que le moindre son serait réellement joué. Maya s’est occupée de toutes les parties rythmiques. Comme nous voulions perfectionner le son, au lieu de superposer une trentaine de couches, nous n’avons pris qu’un seul instrument au son très bon. » Le titre de l'album, Olympia, vient du prénom du bébé du couple qui tenait le studio d'enregistrement[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Austra - Ombre est Lumière », sur brain-magazine.fr, (consulté le 22 septembre 2016) : « Tu cites comme influences Kate Bush, Bjork. K.S (Austra) : Oui, c'est grâce à elles que j'ai mis un pied dans la musique « mainstream », enfin elles sont mainstream dans le sens où elles touchent beaucoup de monde, mais ce sont des artistes extraordinaires. ».
  2. (en) « inflooenz.com - Austra Influences »
  3. a et b L'Express 25 août 2011
  4. « (en) Austra Turn People On With an Electric Feel », sur ocweekly.com,
  5. Elvire Von Bardeleben, « L’électro choc d’Austra », sur Liberation.fr,
  6. a, b et c Libération 08 juin 2013
  7. a et b Libération 23 mars 2011
  8. New York magazine 04 décembre 2011
  9. Toronto Star 28 décembre 2011
  10. Olympia (Domino/Sony Music), sortie le 17 juin 2013
  11. « Rencontre avec le groupe Austra », sur www.lintermede.com (consulté le 18 juin 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]